Sélectionner une page

VOIRIE : Le rafistolage de l’avenue Ngamaba ne rassure pas

VOIRIE : Le rafistolage de l’avenue Ngamaba ne rassure pas

La réhabilitation de l’avenue Ngamaba, à Mfilou-Ngamaba, a suscité de l’espoir chez les habitants et les usagers de ce tronçon. Les travaux réalisés à la hauteur de l’arrêt La ferme, se sont arrêtés à quelques mètres après le rond-point Mouhoumi. Alors que les habitants affirmaient déjà que la pénibilité de circulation dans leur arrondissement ne serait plus qu’un lointain souvenir. Leur illusion s’est vite transformée en cauchemar.

Les dalles cabossées

Principale voie d’accès, la route de La Base est l’unique artère bitumée qui permet de relier Mfilou aux autres arrondissements. La circulation y est vraiment infernale avec son lot de longues attentes et d’embouteillages.
La dégradation de cette route à certains endroits, notamment à l’arrêt CEG et au rond-point Mouhoumi, rendait difficile la circulation. Le chantier de réhabilitation sur lequel les populations fondaient beaucoup d’espoir s’est arrêté et suscité un goût amer. On croyait pourtant que ce chantier allait prendre en compte toute les dégradations qui perturbent la circulation sur cette voie, il n’en est pas question.
La peine des conducteurs s’est plutôt déportée vers l’arrêt Mouandza où la dégradation de la route est très avancée. En effet, un trou béant dû à la mauvaise canalisation des eaux et des caniveaux bouchés perturbent la circulation. Tout comme au niveau du marché Ngambio, sans que les services municipaux ne pensent à les colmater. Chaque jour, ce qui au départ n’était qu’un nid-de-poule, s’aggrandit, prend de la profondeur et contraint les conducteurs à ralentir pour ne pas abîmer les amortisseurs de leurs engins. Il se forme de sérieux embouteillages qui poussent les automobilistes à ignorer les normes du code de la route, chacun revendiquant la priorité. Les pare-chocs s’entrechoquent, des écrous tombent et les insultes fusent de toutes parts.
Une partie de la route conduisant à l’hôpital de l’Amitié Congo-Chine s’est totalement dégradée au point de ressembler à un marigot. Les voitures personnelles, les taxis et les bus de transport en commun sont obligés de bifurquer dans les rues de la Cité Shertel pour éviter ce marigot. Même les camions au tonnage lourd le redoutent. Le spectacle passe cependant pour un fait bénin et chaque chauffeur s’efforce de franchir et d’éviter l’obstacle comme il peut. Avec bonne humeur même!
C’est le commentaire ironique que les Congolais font de plusieurs axes routiers du pays. Ils parlent d’éternel recommencement. L’opinion se rend compte en effet que beaucoup de routes goudronnées se détériorent très rapidement, et l’Etat se voit obligé de réinvestir à nouveau quand les entreprises de génie civil ne sont pas responsables de ces dégâts.
Un doigt accusateur est pointé sur les entreprises des travaux publics et sur ceux qui commanditent les travaux, surtout les Grands travaux et, dans certains cas, les municipalités. Sans oublier les sociétés chargées du contrôle technique des travaux.
Par ailleurs, dans les plus grandes villes du pays, il n’existe aucun service de protection et d’entretien des voieries. On comprend que la situation a peu de chances de s’améliorer. Alors que le préjudice économique et financier que constitue le mauvais état des routes est patent.
Sur l’avenue de La base, il a été placé des pavés au rond-point Mouhoumi et à quelques mètres de là, puis le béton entre l’arrêt CEG et la ferme. Le comble, c’est que les deux sociétés adjudicatrices des marchés n’ont pas, dans leurs travaux, curé les caniveaux et procédé à la pose des dalles sur certaines bretelles des rues souvent empruntées par les conducteurs lorsqu’il y a embouteillages, ni refait celles déjà abimées par les gros tonnages. Ni même réparer les nids-de-poule.
Tout laisse à croire que les travaux réalisés ne mettront pas de temps à cause des eaux des caniveaux bouchés qui se déversent sur la chaussée. Un investissement qui n’aura servi à rien, si cela ne va pas dans le sens de pérenniser cette voie qui, jadis, faisait la fierté de Brazzaville.
En plus, il faut attaquer son mal depuis la racine. Donc, commencer par régler la canalisation de eaux depuis les collines avec leur corollaire de sable qui envahit la chaussée. Sinon, c’est peine perdue. Le spectacle est ahurissant et des quartiers entiers pourraient disparaître de nouveau de la carte de la ville si rien n’est fait pour endiguer le phénomène des coulées de boue et des ensablements à répétition. Le quartier L’Ombre émerge à peine des tonnes de sable.
A cela, s’ajoutent aussi les érosions et les délestages qui donnent des sueurs froides au Gouvernement. Alors que les pensions des retraités et les bourses des étudiants tardent à être versées!

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 141 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 141 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

1 décembre 2020 0 h 08 min

Editorial

Tout est réglé

Il y a une jurisprudence africaine en matière d’élections. Au moment où nos délégués s’apprêtent à quitter Madingou après leur participation à la concertation politique de Madingou, il ne serait pas inutile de rappeler que, en principe, c’est pour mieux préparer la présidentielle de mars prochain que cette rencontre de trois jours a eu lieu. Mieux préparer, c’est-à-dire ôter sur le chemin de ce scrutin majeur les obstacles qui pourraient conduire à la contestation des résultats.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (52 198)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (22 520)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (21 021)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 10
  • 1 603
  • 54 207
  • 28 novembre 2020
risus fringilla velit, neque. quis, consequat. massa ultricies odio mattis