Sélectionner une page

VIENT DE PARAITRE : «La destruction des forces du mal» de Deborah Eureudice Nzonzolo Massa

VIENT DE PARAITRE : «La destruction des forces du mal» de Deborah Eureudice Nzonzolo Massa

Né le 15 avril 1981 à Brazzaville, Mademoiselle Eureudice Nzonzolo Massa, de son vrai nom et qui a ajouté le prénom de Deborah à l’instar de la prophétesse dont on parle dans l’Ancien Testament, est détentrice d’une maîtrise ès lettres obtenue à l’Université Marien Ngouabi. Servante dans une Assemblée de prière, elle vient de publier à la Maison MFG Graphic au Congo-Brazzaville, en août dernier, une autobiographie de 119 pages: «La destruction des forces du mal». Un premier essai que l’auteure dédie au Seigneur et Sauveur Jésus-Christ de Nazareth qui est la source de toute sagesse et de toute révélation.

La cérémonie de présentation et de dédicace de cette autobiographie a eu lieu samedi 12 septembre 2020 à Brazzaville. En présence de Florent Richard Physique Onina, le préfacier de ce livre, docteur en théologie et auteur de plusieurs publications. L’ouvrage de Deborah qui compte quatre chapitres: «Mon témoignage»; «La destruction des forces du mal et comment y échapper»; «Comment garder sa délivrance»; «Déclarations des prières» est, en fait, une histoire, un récit, une expérience des faits vécus et entendus.
M. Florent Richard Physique Onina qui a présenté ce livre, a indiqué que l’autobiographie est un genre littéraire de l’auteure qui s’est livrée à une confession personnelle, partant de sa naissance jusqu’à devenir fonctionnaire de l’Etat. Elle a été façonnée par les récits des textes bibliques qui lui ont permis d’engager les combats spirituels pour vaincre les forces du mal. «La destruction des forces du mal est donc l’expression de sa révolte vis-à-vis des esprits mauvais qui rôdent dans ce monde où satan règne en maître pour séduire les hommes et les femmes qui subissent l’agressivité des forces du mal et qui ne s’en sortent pas. Ce livre est comme une lettre vivante qui exhorte, expose, interroge et instruit les faits vécus dans sa vie. Il encourage les personnes qui veulent fléchir devant les épreuves de la vie à ne pas lâcher prise, mais de garder espoir et vivre selon les Saintes Ecritures.» Pour que la délivrance soit réelle, il fallait tout abandonner et se consacrer au Christ. L’auteure fait un témoignage de sa vie qui résonne comme un plaidoyer pour une véritable renaissance en Christ. Elle fait, à la fois, la narration et une révélation des dons reçus du Saint-Esprit pour se débarrasser de l’emprise du démon qui l’a séquestrée pendant plusieurs années. Elle dessine les lignes de son parcours de combattant qui, contre vents et marées, s’attache à la corde de l’espoir qui prédit un lendemain meilleur. Deborah Eureudice Nzonzolo Massa dénonce les injustices, les pratiques obscurantistes, les guéguerres qu’on observe dans certaines églises et assemblées de prière dites de réveil. C’est en cela qu’elle invite les croyants et non croyants, chrétiens ou non chrétiens, chacun en ce qui le concerne, à déceler ses faiblesses, à réagir devant un obstacle, avec force et vigueur, afin de se préparer des lendemains meilleurs. Un vrai chrétien doit témoigner du Christ vivant et ressuscité, et non jouer au formalisme.
Cet ouvrage vient mettre la lumière sur certains faits qui se passent dans certaines familles qui vivent encore sous l’emprise des forces du mal. Deborah les exhorte à prendre conscience, en se confiant à Dieu, au Christ Seigneur et Sauveur.

Pascal
BIOZI KIMINOU

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

30 octobre 2020 20 h 04 min

Editorial

LE CHU, UN VAUDEVILLE !

Il y a littéralement du vaudeville dans ce qui se passe de jour en jour au CHU. Notre plus grand hôpital est présenté comme le miroir de ce que nous pouvons faire de mieux au service de la santé au Congo depuis Brazzaville. Malheureusement il est aussi, résolument, le condensé de nos médiocrités les plus absurdes. Ou peut-être la préfiguration du Congo qui sera. Musèlements, insultes, décisions prises un lundi et contredites le mardi, personnel pérorant au nom d’un meilleur service mais donnant l’impression de vouloir n’en faire qu’à sa tête.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 251)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 202)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (12 780)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 954
    • 45 191
    • 5 535
    • 1 225
    • 4
    • 11
    • 1
    • 25 octobre 2020
    mi, dictum massa neque. mattis porta. dapibus quis dolor.