Sélectionner une page

VIE POLITIQUE NATIONALE : Pour la majorité présidentielle, le consensus s’est dégagé à Madingou

VIE POLITIQUE NATIONALE : Pour la majorité présidentielle, le consensus s’est dégagé à Madingou

Pour éclairer l’opinion nationale sur les conclusions de la concertation politique de Madingou, le président par intérim de la majorité présidentielle, Pierre Moussa, qui est également secrétaire général du PCT, a coanimé le 10 décembre dernier à Brazzaville, avec certains responsables des partis membres de cette plateforme, une conférence de presse. Il s’est félicité de la tenue ‘’réussie’’ de cette concertation. «…Nous notons que le consensus s’est dégagé à l’issue de cette concertation», ont-ils soutenu.

Etaient autour de Pierre Moussa: Claude Alphonse N’Silou (RC), Jean-Marc Tchystère-Tchicaya (RDPS), Roland Bouiti Viaudo (MAR), Landry Kolélas (MCDDI), Juste Désiré Mondelé (CLUB-2002), Benjamin Bounkoulou (UR), Hellot Matson Mampouya (DRD).
Dans son mot liminaire, le président par intérim de la majorité présidentielle s’est réjoui de l’ambiance au sein de la plateforme qui, selon lui, se porte bien «puisque les 17 partis politiques qui le composent aujourd’hui fonctionnent à merveille. Les réunions de notre plateforme qui se tiennent régulièrement en disent long et nous nous en félicitons».
Il a rappelé que tous les 45 partis politiques reconnus par le ministère de l’Intérieur étaient présents. «Pour être plus concret, on peut dire que tous les groupements politiques: Majorité présidentielle, partis d’opposition dans toutes ses tendances, partis du centre, gauche et droite et société civile, étaient représentés et souvent au plus haut niveau».
Pour lui, de Brazzaville à Madingou, toutes les concertations ont été marquées par un listing de recommandations consensuelles. «On peut en dénombrer environ une soixantaine, toutes tournant autour de l’organisation des élections. Ces recommandations sont régulièrement évaluées», a dit Pierre Moussa.
Et d’ajouter: «Madingou n’était pas une sinécure. Le fait de nous retrouver à la veille d’une échéance majeure ne peut que soulager et rassurer le peuple qui s’attend à ce que son élite politique, ses dirigeants gèrent toutes les questions consensuelles. Afin d’être rassuré qu’il sera mis à l’abri des comportements malsains qui ont toujours perturbé la paix dans notre pays. Nous respectons le niveau et l’ampleur des débats qui reflètent la diversité de notre jeune démocratie, mais nous notons que le consensus s’est dégagé à l’issue de cette concertation».
Il a rappelé que la classe politique n’était pas allée à Madingou pour mettre en cause les Institutions de la République qui «fonctionnent du reste à merveille», ni pour décider à la place du peuple, «mais pour parfaire l’organisation de l’élection présidentielle, dans le délai constitutionnel. La majorité présidentielle ne doute pas de la volonté du Gouvernement à mettre en œuvre, dans la mesure du possible, les recommandations de Madingou comme il en a toujours été le cas pour les concertations antérieures», a-t-il indiqué.

Pascal Azad DOKO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

16 janvier 2021 21 h 49 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (90 943)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (37 988)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 030)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 4 413
  • 2 853
  • 80 583
  • 16 janvier 2021
et, suscipit ut eget id venenatis, Praesent