Sélectionner une page

Urbanisme : Porter à terme le projet DURQuaP

Urbanisme : Porter à terme le projet DURQuaP

Il ressort de la conférence de presse du Projet de développement urbain et restructuration des quartiers précaires (DURQuaP) animée samedi 19 septembre dernier à Brazzaville par Dan Horphet Ibiassi, responsable de la communication dudit projet que ce projet s’exécute bien. Devant la presse nationale, il a passé en revue l’ensemble des étapes relatives à l’exécution du projet: Le point de parcours depuis le lancement des travaux, le mode de recrutement de la main d’œuvre, la clarification de certains malentendus autour de la libération des emprises après les différentes compensations des personnes affectées par le projet, la participation communautaire dans l’accompagnement des travaux, les fonctionnalités liées à l’opérationnalisation de la composante CERC et les perspectives. Dan Horphet Ibiassi a indiqué que les travaux lancés à Pointe-Noire et à Brazzaville s’exécutent de manière exponentielle. Sauf impondérables, le terme échu au contrat est prévu pour mai 2021.

A propos des travaux, ceux-ci ont été lancés en juin 2020 à Pointe-Noire, à Mboukou et Tchiniambi 1. Pour cette première phase, ils ont été exécutés par MBTP et RAZEL. Il concerne 10 kilomètres des voiries, à raison de 5 kilomètres prioritaires choisis par les populations elles-mêmes. Présentement, le niveau d’exécution des travaux est évalué à 30% à Mboukou, et à 35% à Tchiniambi1.
A Brazzaville, les travaux lancés en août dernier, exceptés ceux du marché Soukissa à Ouenzé qui avaient démarré en juin, le taux d’exécution des travaux est évalué à 24% à Soukissa et ceux de Moukoundzi-Ngouaka, essentiellement des voiries, à 16%.
Pour éviter tout marchandage des postes pour le choix des ouvriers, le mode de recrutement de la main d’œuvre se déroule suivant le manuel de procédure de recrutement de la méthode HIMO (haute intensité de main d’œuvre). C’est le maître d’œuvre sociale qui est habilité à présenter au Projet la liste des candidats selon les procédures HIMO. Les habitants des quartiers concernés étant prioritaires.
Parlant du mécanisme de gestion de plaintes (MDP), le communicateur du DURQuap a expliqué qu’il s’agit dans cette démarche, d’anticiper sur tous les soucis qui pourraient surgir chez les populations affectées par le projet, dans sa mise en œuvre. Dan Horphet Ibiassi est aussi revenu sur la libération des emprises pour l’exécution des travaux de l’avenue Théophile Mbemba à Moukoundzi-Ngouaka. Les vendeurs qui exercent le long de cette avenue doivent se détromper. Ils ne seront pas indemnisés comme ce fut le cas des vendeurs du marché Soukissa. A Moukoundzi-Ngouaka, il s’agit de «construire une avenue pour décongestionner ce quartier et non de réhabiliter un marché qui pousserait à indemniser les vendeurs et les délocaliser en attendant l’effectivité de la réhabilitation», explique-t-il. Et pour mieux gérer ces plaintes, un centre d’appel à été installé au siège du projet. Le numéro de contact est: 15 23.
In fine, les perspectives du projet ont aussi été abordées avec la presse. Le conférencier a indiqué qu’au-delà des travaux à consigner dans le projet, il est aussi envisagé la réhabilitation du marché et de l’école Mountou Mavoungou à Tchiniambi 1, le réaménagement du stade Tata Loboko à Mboukou et de l’école Pambou Benjamin à Mboukou. A cela s’ajoutent la construction d’un centre de santé intégré, d’une aire de jeux pour le développement des activités sportives dans le quartier Soukissa à Ouenzé, la réhabilitation des écoles La Sorbonne et Malonga Ecoute et l’érection, fort probable, d’un commissariat de police dans le quartier Moukoundzi-Ngouaka à Makélékélé. Enfin, il est envisagé dans les quatre quartiers que couvre le projet la réhabilitation des réseaux d’eau et d’électricité.

Marcellin MOUZITA M.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

29 juillet 2021 19 h 13 min

Editorial

10 ou 40% ?

Avant, cela nous scandalisait. Puis, cela a étonné. Aujourd’hui que nous sommes blasés, on hausse les épaules et on passe à autre chose. La pratique de réclamer 10% d’un marché ou d’un service, du plus important au plus banal, s’est incrustée dans le paysage.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 2 100
  • 1 991
  • 350 658
  • 28 juillet 2021