Sélectionner une page

TROISIEME DIMANCHE DE L’AVENT – ANNEE B- Il est venu comme témoin : Textes: Is 61,1-2a.10-11; Lc 1,46b-48,49-50,53-54; 1 Th 5,16-24; Jn 1,6-8.19-28

A travers les deux derniers dimanches de l’Avent, la liturgie nous présente les personnages qui nous introduisent finalement à la venue du Sauveur Jésus Christ. Le dernier dimanche avant Noël sera dédié à la figure de la Vierge Marie, se consacrant à l’accueil du Fils du Très-Haut annoncé par l’ange. En ce dimanche – le dimanche de la joie – notre attention est tournée vers le Précurseur du Seigneur, Jean le Baptiste. C’est lui qui nous invite aujourd’hui à tourner totalement notre esprit vers la Lumière venant dans le monde.
La figure de Jean le Baptiste nous est présentée tout d’abord dans le contexte du prologue de l’évangile de Saint Jean, le texte où l’évangéliste contemple le mystère de la venue du Verbe de Dieu qui s’est fait chair. Jean le Baptiste, donc, fait partie de ce mystère. Et dans ce mystère il est venu comme témoin: être témoin est son identité.
En effet Jean le Baptiste ne vit que pour cela: pour montrer le Verbe de Dieu, la Lumière du monde, afin que tous croient par Lui. Il ne vit pas pour conduire les gens à lui-même, pour s’imposer dans sa personnalité ou dans son ministère. Il ne vient pas pour faire des disciples à lui, mais pour les conduire vers le Christ, vers Celui qui doit venir. Oui, il parle de soi-même aussi, quand les Juifs lui demandent de révéler son identité. Mais même quand il parle de soi, il renvoie au Christ: c’est le Christ, qu’ils doivent attendre et suivre; et le Christ n’est pas lui. Lui, il est plutôt «la voix de celui qui crie dans le désert: Redressez le chemin du Seigneur». Donc, la plénitude de son existence est celle de vider soi-même pour tout donner au Christ, diminuer afin que le Christ grandisse. Il donnera au Christ sa parole de témoin, son temps, ses disciples, sa célébrité, ses forces, sa vie. C’est en donnant tout de soi-même, qu’il accomplira sa véritable grandeur: lui, le plus grand «parmi ceux qui sont nés d’une femme», comme Jésus le dira.
L’identité et la mission de Jean le Baptiste, entièrement rapportées au Christ et en fonction de Lui, nous font réfléchir sur nous-mêmes en tant que chrétiens.
Parfois nous voulons plutôt que le Christ soit notre témoin à nous, en fonction de nous. C’est-à-dire qu’on pourrait employer notre foi dans le Christ pour revendiquer d’être justes, croyables, respectables. Ou pour juger les autres et les mépriser dans leur fragilité. Ou bien on pourrait se servir de la foi pour penser que le Christ ait le devoir de nous écouter et de nous servir. Ou prétendre que le Christ doive nous combler de ses grâces pour nous permettre de réaliser nos projets, nos expectatives.
Par contre, Jean le Baptiste est le modèle du chrétien qui vit pour annoncer au monde la joie de la présence du Seigneur. Nous n’avons rien à donner au monde à partir de nous-mêmes: tout ce que nous pouvons donner c’est le Christ et toute grâce qui est en Lui et par Lui.
La conscience de Jean le Baptiste par rapport au Christ est parfaitement exprimée en cette image: «Je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale». Il y a plusieurs interprétations de cette expression, mais on peut immédiatement y reconnaître le geste du serviteur vers son maître, selon l’usage de l’époque. Or, Jean le Baptiste témoigne que la différence entre lui et le Christ est encore plus grande que la distance humaine et sociale qu’il y avait entre un patron et un esclave. Donc, il ne s’agit pas d’une différence humaine. C’est la différence entre l’homme et son Dieu, entre le témoin et le Verbe qui est venu demeurer parmi nous.
Et pourtant, c’est Jésus Lui-même qui comble cette différence, en nous élevant au rang d’amis, en nous concédant de participer à la vie divine, en faisant de nous les fils de Dieu.
Voilà la raison de notre joie: la joie d’être les témoins du Christ; la joie d’être admis à son service d’amour même si nous n’en serions pas dignes; la joie d’être accueillis par Lui en tant que fils de Dieu et d’offrir cette dignité à tous nos frères et sœurs dans le monde.

P. Francesco BRANCACCIO
Catanzaro, Italie

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 avril 2021 17 h 56 min

Editorial

Dans l’attente

Dans quelques jours, ou dans quelques semaines». C’est ainsi que le Président de la République nous a annoncé la formation attendue du nouveau Gouvernement du pays. Dans son discours d’investiture le 16 avril dernier, au Palais du Parlement, le Président de la République s’est cru obligé de tempérer les attentes de tous ceux qui espèrent être ou rester ministres, sans se montrer plus précis dans les délais.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (173 752)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (82 503)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (54 839)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 18
  • 10 328
  • 15 694
  • 391 434
  • 21 avril 2021