Sélectionner une page

TÉMOIGNAGES : Robert Massamba-Débat, un humble parmi les experts

TÉMOIGNAGES : Robert Massamba-Débat, un humble parmi les experts

Ancien directeur général de l’Agence de régulation des transferts de fonds (ARTF), relevant du ministère des Finances, Robert Jean-Raphaël Massamba-Débat a été porté en terre à Brazzaville jeudi 15 octobre 2020, au cimetière du centre-ville.

Décédé mardi 6 octobre 2020, le deuxième fils du défunt Président de la République, Alphonse Massamba-Débat, laisse derrière lui une œuvre inoubliable, parquée par son humilité et sa sympathie. Quelques-uns, qui l’ont fréquenté et côtoyé, ont témoigné en reconnaissant la grandeur de la personne.

Jeannin Ndamba

Pour Hyacinthe Defoundoux, «Robert Massamba-Débat a été pour moi un ami et un frère, parce que pendant un certain moment, nous nous retrouvions assez souvent. Un frère aussi, parce que nos parents ont travaillé ensemble au Tchad. Le Président Massamba-Débat, c’est lui qui a accueilli mon père au Tchad dans les années 44-45. Nous nous retrouvions très souvent chez Robert et je prenais plaisir à causer avec sa défunte mère Mama Nsona. Cette maman avait quitté le Tchad vers les années 49-50. Elle parlait encore l’arabe, quand je partais chez elle, on causait en arabe. C’était vraiment un plaisir pour moi. Il était d’une humilité que je ne qualifie pas, bien qu’il était docteur en économie, il n’affichait pas ses diplômes. Quand il était au travail, c’est là où vous l’on constatait qu’il était vraiment docteur en économie. Il était très humble et très partageant. C’est vraiment une perte. Comme on dit chez nous, il est seulement à côté, Robert n’est pas parti».

Hyacinthe Defoundoux

Jeannin Ndamba l’a aussi fréquenté. Il décrit l’homme: «Robert a été pour moi un grand frère en âge. Je l’ai connu à Brazzaville quand je commençais ma scolarité à l’école primaire et lui il en sortait. J’avais un condisciple qui habitait dans la zone du Palais présidentiel, c’était le fils du ministre Jacques Bouiti, ministre de la santé à l’époque. Je l’accompagnais. C’est par lui que j’avais aiguisé ma curiosité pour voir ce grand frère. Par la suite, c’était à l’Eglise évangélique du Congo, qu’on s’était rencontré. Il était déjà étudiant en sciences économiques et moi j’étais au lycée. Nous nous sommes croisés au Cercle biblique évangélique. Et puis, nous nous sommes retrouvés en France. C’est là où j’avais vraiment découvert: quelqu’un de très amical, très simple et de très humble. Les gens de toute obédience, de toutes les catégories et de toutes les origines sont venus lui rendre hommage. C’était quelqu’un de très croyant, il était un chantre à la paroisse évangélique du Plateau, au centre-ville. C’est dans la douleur que nous avons vu cela, mais hélas, on ne pas s’opposer au destin».

Philippe BANZ

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 373 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 373 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 août 2021 9 h 29 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 526
  • 3 763
  • 314 067
  • 31 juillet 2021