Sélectionner une page

Témoignage de monsieur Jean François Séraphin Ganga : «Grâce à une révélation du Bon Cardinal Emile Biayenda, mon mal a trouvé une solution»

Témoignage de monsieur Jean François Séraphin Ganga : «Grâce à une révélation du Bon Cardinal Emile Biayenda, mon mal a trouvé une solution»

Le témoignage que voici date de 2004. M. Jean François Séraphin Ganga est parmi les nombreuses personnes qui nous ont fait parvenir leur témoignage. Grâce à une révélation du Bon Cardinal Emile Biayenda, dit-il, «mon mal a trouvé une solution appropriée».

J’avais fait un accident de circulation dans ma voiture Toyota Corola immatriculée 248 ET 4, sur la route de Mbouono, plus exactement sur la montagne dite de Tié-Tié, le 5 juillet 2004. Ma tête avait heurté le pare-brise avant de la voiture qui s’était cassée. J’avais perdu mes sens. Je fus transporté par des passants au Centre intégré de Madibou, où j’avais reçu les soins de première nécessité, avant d’aller faire une radio du front au CHU, demandée par le Dr Samba Léa, qui, en fin de compte, était normale.
Cependant, au fil du temps, je ressentais toujours un mal au front et il arrivait des moments où la partie qui me faisait mal s’enflait.
Le 21 novembre 2005, en séjour à Paris (France), j’ai profité de me faire consulter. Je me suis fait consulter par le Docteur Philippe Denoyelle qui m’avait demandé de faire un scanner. Là aussi, rien n’avait été détecté (Cf documents fournis).
Rentré au Congo, le 29 octobre 2008, j’ai rêvé le Cardinal Emile Biayenda, dans sa soutane kaki. Il m’a demandé de prendre le produit que j’appliquais contre le mal des cors en France, qui se trouvait dans mon garde-linges, et de le frotter sur la place qui me faisait mal. Six jours après le début de l’application, pendant que la partie du corps s’enlevait, j’ai vu un morceau de tesson de pare-brise sur le front.
Je me suis rendu à l’hôpital de Tié-Tié de Pointe-Noire, le 5 novembre 2008, où j’étais en séjour. Cette fois-ci, la présence d’un corps étranger a été confirmée et vue. J’ai parlé du témoignage du Cardinal Emile Biayenda au médecin-chef de service de chirurgie qui m’avait reçu. Après un moment de réflexion, il avait décidé de ne pas l’enlever, étant donné que la médecine n’avait pas décelé ce tesson.
Plutôt, il fallait continuer avec ce produit objet du rêve, jusqu’à ce que le tesson parte seul. Et c’est ce qui fut fait.»

(Tiré du bulletin La Mémoire de septembre 2016)

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

21 janvier 2021 8 h 34 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (94 193)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 291)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 695)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 548
  • 1 706
  • 75 286
  • 16 janvier 2021
id, risus massa ut Donec facilisis ut sem,