Sélectionner une page

SOUDAN DU SUD : Des populations souffrent de la famine

SOUDAN DU SUD : Des populations souffrent de la famine

Le Gouvernement sud soudanais a déclaré pour la première fois l’état de famine dans plusieurs zones du pays, une situation que les agences humanitaires déplorent d’autant plus qu’elle est causée par l’homme, par la guerre qui ravage le pays depuis plus de trois ans.

Plusieurs zones de la région d’Unité (Nord) sont désormais «classées comme étant en famine ou courant le risque d’être en famine», a déclaré le président du Bureau national des statistiques, Isaiah Chol Aruai, se fondant sur l’échelle IPC, le critère le plus utilisé pour classifier la sécurité alimentaire.
Trois organisations des Nations unies, le Fonds pour l’enfance (UNICEF), le Fonds pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont lundi dernier indiqué que 100 000 Sud-soudanais de la région d’Unité souffraient de famine, le niveau le plus élevé de l’échelle IPC. Environ 1 million de Sud-soudanais risquent par ailleurs la famine dans les prochains mois.
La guerre au Soudan du Sud, dans laquelle des atrocités ont été attribuées aux diverses parties au conflit, oppose principalement les troupes du président Salva Kiir, d’ethnie dinka, aux hommes de l’ancien vice-président Riek Machar, issu de l’ethnie nuer. Les Nations unies ont mis en garde contre un risque de génocide. La région pétrolière d’Unité, une région nuer d’où est originaire Riek Machar, est une des plus touchées par le conflit.
«Les effets à long terme du conflit, couplés aux prix élevés de la nourriture, à la crise économique, à une production agricole réduite et à un accès réduit aux moyens de subsistance» ont pour conséquence que 4,9 millions de Sud-soudanais (sur un total de 11 millions d’habitants) sont désormais classés dans les trois niveaux supérieurs de l’échelle IPC, selon Isaiah Chol Aruai.
Un ensemble de critères techniques sont retenus pour définir une situation de famine. Ils sont regroupés dans un «cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire» (IPC), qui est le critère le plus utilisé, notamment par les Nations unies. L’IPC distingue cinq phases possibles dans la situation alimentaire d’un pays, la cinquième étant celle de «catastrophe/famine». Quand plus de 20 % de la population d’une région est en «catastrophe», que le taux de mortalité est supérieur à deux personnes pour 10 000 par jour et qu’une malnutrition aiguë touche plus de 30 % de la population, l’état de famine est déclaré.
Selon Eugène Owusu, coordonnateur des affaires humanitaires de l’ONU pour le Soudan du Sud, «la plus grande tragédie du rapport publié aujourd’hui, c’est que le problème a été causé par l’homme, regrettant par ailleurs que le travail des agences humanitaires soit compliqué par le conflit». Le représentant de la FAO au Soudan du Sud Serge Tissot a pour sa part fait savoir que «la guerre a perturbé l’agriculture. Les gens ont perdu leur bétail, même leurs outils agricoles. Depuis des mois, les gens dépendent entièrement des plantes et des poissons qu’ils peuvent trouver».

Alain-Patrick MASSAMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 avril 2021 18 h 48 min

Editorial

Dans l’attente

Dans quelques jours, ou dans quelques semaines». C’est ainsi que le Président de la République nous a annoncé la formation attendue du nouveau Gouvernement du pays. Dans son discours d’investiture le 16 avril dernier, au Palais du Parlement, le Président de la République s’est cru obligé de tempérer les attentes de tous ceux qui espèrent être ou rester ministres, sans se montrer plus précis dans les délais.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (173 787)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (82 515)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (54 862)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 22
  • 11 177
  • 15 694
  • 392 283
  • 21 avril 2021