Sélectionner une page

SENAT : Les élus promettent de restaurer l’espérance

SENAT : Les élus promettent de restaurer l’espérance 

Comme le veut la tradition en début d’année, les sénateurs, les cadres et le personnel du Sénat ont présenté leurs vœux de nouvel an au président du Sénat, Pierre Ngolo. L’événement s’est déroulé, le vendredi 8 janvier 2021, dans la salle de banquets du Palais des congrès. Deux allocutions ont été prononcées: celle du premier secrétaire du Sénat, Julien Epola, qui a égrainé le chapelet de réalisations en 2020, et celle de Pierre Ngolo qui a fixé rendez-vous aux sénateurs sur le terrain de l’action pour le changement et la restauration de l’espoir.

Dans son mot, Julien Epola a relevé que 2020 a été profondément marquée par la pandémie de la COVID-19 dont la gestion a amené son Institution à travailler en format réduit. En dépit de cette réduction des équipes de travail, «2020 a été pour le Sénat, une année de pleine, d’intenses activités», s’est-il réjoui.
Outre la tenue des trois sessions ordinaires annuelles, cinq sessions extraordinaires ont été organisées, portant à huit le nombre de sessions tenues au cours de l’année. «65 projets de loi ont été votés. Le travail de contrôle de l’action gouvernementale a été plus intense», a indiqué le premier secrétaire du Sénat.
Pour sa part, Pierre Ngolo est revenu sur la pandémie de la COVID-19 qui, selon lui, «est venue exacerber une situation au départ difficile du fait de la crise économique et financière».
Pour le président du Sénat, l’heure est à la responsabilité: «Le Sénat a pris sa part de responsabilité contribuant significativement au déclenchement, par les Institutions de la République et l’ensemble des citoyens, d’un grand mouvement afin de faire face courageusement à la dure épreuve. L’action collective déployée à ce jour a permis de limiter les dégâts. Mais il faut encore davantage de sacrifices, davantage de discipline, davantage d’engagement en considération de la persistance de la pandémie avec des mutations très dangereuses».
Pour lui, la dynamique observée en 2020 est à poursuivre et à consolider au cours de l’année 2021 qui lance le deuxième triennat du mandat du Sénat. «Il faut qu’à mesure qu’on avance, l’expérience qu’on accumule exerce une réelle influence sur les rendements et les prestations du Sénat qui doit mériter d’être la Chambre haute», a-t-il dit.
En cette année 2021, les deux Chambres du Parlement vont intégrer leur nouveau bâtiment érigé en face de l’hôtel de Police. «Fait inédit dans la vie du Parlement congolais qui, depuis son existence, n’a jamais bénéficié du cadre de travail approprié. Ce précieux acquis, fruit de la fructueuse coopération entre la République du Congo et la Chine que nous tenons ici à saluer, doit constituer pour les sénateurs et les travailleurs un motif supplémentaire de renforcement de la motivation».
Parmi les impératifs de la moitié du mandat du Sénat, Pierre Ngolo a évoqué le renforcement du contrôle physique, l’implication totale pour la mise en œuvre effective de la décentralisation, l’exercice avec plus d’engagement du rôle de modération et de conseil de la nation. «Il nous faut mieux organiser notre système de travail avec une administration parlementaire rationnalisée et plus performante. 2021 doit être l’année de l’aboutissement de la réflexion sur la Fonction publique parlementaire», a-t-il déclaré.
Il a appelé la classe politique et l’ensemble des forces vives nationales à préparer l’élection présidentielle en donnant la priorité au Congo «dont nous devons tous être les gardiens de la paix et de la concorde nationale».

KAUD

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 février 2021 20 h 25 min

Editorial

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (123 823)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (55 614)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (33 097)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 1 967
  • 3 477
  • 76 575
  • 27 février 2021
sed neque. id accumsan mattis Curabitur sem, eget in quis,