Sélectionner une page

SANTE : La hanche drépanocytaire, une complication redoutable

SANTE : La hanche drépanocytaire, une complication redoutable

La drépanocytose ou anémie à hématies falciformes est une maladie héréditaire plus fréquente dans la population de race noire. Elle est due à la présence dans les globules rouges d’une hémoglobine de structure anormale. A l’instar d’autres maladies, elle présente plusieurs complications, parmi lesquelles la hanche drépanocytaire. Celle-ci, objet d’une thématique, a été au cœur des deuxièmes Journées congolaises du réseau de recherche clinique sur la drépanocytose en octobre 2019.

Pour le Pr Alexis Elira Dokekias, chef de service hématologie au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU), «la hanche drépanocytaire se manifeste différemment chez les malades. Par exemple, chez ceux qui ont la forme totale de la maladie, certains ne marchent pas bien parce qu’ils sont handicapés, d’autres boitillent, c’est invalidant, c’est ennuyeux. C’est une complication redoutable, elle est imprévisible. Parfois malgré les précautions prises, ce mal peut surgir subitement», a-t-il déclaré.
Le dépistage précoce est un élément capital dans la prise en charge efficace de toute maladie. «Cette complication est bien traitée lorsqu’on la dépiste tôt, mais lorsqu’on ne sait pas, on tâtonne, on recourt aux prothèses. On va commencer à changer les prothèses de hanche, or l’os drépanocytaire est un os qui est déformé. Si vous mettez la prothèse trop tôt elle peut se casser, il faut donc réfléchir. Nous avons des problèmes avec les patients parce que leur prise en charge chirurgicale, pour l’instant, est mauvaise, pas parce que les médecins sont incompétents. Nous avons le Pr Moyikoua qui a fait orthopédie ainsi que des jeunes qui en ont faite. Mais ce qui manque c’est le plateau opératoire».
Le Centre de la drépanocytose n’a pas de bloc opératoire, a poursuivi le Pr Elira. Les blocs sont dans les hôpitaux. «C’est pour cette raison que nous nous sommes réunis avec les collègues des hôpitaux pour voir ce qu’ils doivent renforcer dans leur plateau opératoire afin que les enfants malades bénéficient précocement de la prise en charge, c’est-à-dire procéder à une opération qu’on appelle ‘’Forage’’ pour empêcher d’aller vers la destruction qui fera que l’enfant puisse boitiller. Pour y aboutir, les conditions suffisent. Nous avons les ressources humaines, ce qui nous manque c’est le matériel», a-t-il souligné.
Dans les livres consultés, il ressort que cette complication intervient entre 13 et 15 ans. Mais, la réalité a démontré qu’il y a aussi parmi les patients dépistés des enfants de 8 ans atteints de cette anomalie. «Ceux qui ont écrit des livres sont partis d’un constat réel. Mais, lorsqu’on fait un dépistage systématique, on est capable de dépister cela avant 13 ou 15 ans».
Le Pr Elira a appelé par ailleurs les parents à appuyer le corps médical dans la prise en charge des enfants. «Lorsque nous recevons un patient, le plus important c’est l’éducation thérapeutique. Pourquoi? Parce que dans toutes maladies chroniques, il faut une éducation thérapeutique personnalisée. Lorsque nous recevons un parent, nous consacrons les ¾ à l’éducation et ¼ à l’examen parce que si le parent ou l’enfant n’a pas compris la maladie et les règles de suivi, c’est l’échec», a-t-il dit.

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 1 h 59 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 521)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 241)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 057)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 58
  • 43 210
  • 5 644
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
ante. diam justo non elit. ut libero Donec Donec