Sélectionner une page

S.O.S. Hôpital

L’arrivée d’un nouveau directeur général au CHU de Brazzaville est un signe. Dans sa première prise de contact avec la presse, Denis Bernard Raiche a affirmé sa volonté de redresser les situations en distorsion : améliorer les services, assainir la gestion, rendre les médicaments disponibles pour les malades et non pour les lobbies de médecins, faire fonctionner l’appareillage essentiel, contrer l’absentéisme. Bref : faire tout le contraire de ce qui a prévalu jusqu’ici, titanesque !
Le nouveau directeur veut soigner un corps malade de ses presque 2000 agents. 2000 hommes et femmes et autant de pesanteurs, d’habitudes devenues des lois, de privilèges pour les uns et de désagréments pour ceux qui n’ont qu’une hâte ; se rattraper . Notre plus grand hôpital a sauvé des vies, qui peut en douter ? Mais dans le ressenti de l’opinion, la pyramide est irrémédiablement inversée. Comme s’il sortait de cet établissement plus de cercueils que d’anciens malades.
Et les raisons de cet état des faits existent. Les exemples de malades décédant par négligence ne manquent pas. Tout comme les cas de malades à transporter dans le dos parce que l’ascenseur est en panne. De nouveaux nés morts parce qu’un scalpel maladroit leur a tailladé la tête à a césarienne. D’ordonnances de médicaments inutiles, mais qui disparaissent mystérieusement dès le décès qu’ils étaient censés sauver…
Tout cela est vrai. Chacun dans les quartiers a son lot d’anecdotes glaçant le dos, autant d’épisodes que M. Raiche est appelé à effacer en moins de deux ans de mandat. Son prédécesseur et compatriote a essayé. Il s’est heurté à la férocité de ceux qui défendaient leurs positions acquises. La ministre de la Santé a reconnu qu’il avait «déblayé» le terrain. Parce qu’il ne s’agit pas de dépoussiérer des acquis mais de rompre avec des années de mauvaises habitudes.
Nous attendons le résultat de cette volonté. Nous attendons l’adhésion des syndicats qui, il y a dix jours encore, réclamaient «une congolisation des postes». La vertu n’est pas plus congolaise que la prévarication n’est étrangère. Nos dirigeants continuent d’aller se faire soigner de préférence à l’étranger. C’est le signe que dans l’hôpital d’aujourd’hui, ce qui manque ce ne sont pas les compétences, mais la confiance.
Et comme elle ne se décrète pas, c’est à nous tous de la construire dans un contexte marqué par les difficultés de tous genres. Ensuite, avec la confiance, nous devons retrouver le respect de la vie. Tant qu’un malade ou un mort ne sera pas vu comme personne en dignité, tous les discours et tous les experts n’y feront rien. Que l’hôpital nous redonne le sourire, nous lui rendrons la confiance.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 février 2021 19 h 07 min

Editorial

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (123 768)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (55 574)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (33 077)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 1 808
  • 3 477
  • 76 416
  • 27 février 2021
sem, justo ut eget suscipit adipiscing