Sélectionner une page

REFLEXION : Comment vivre l’identité ou le statut de roi dans sa vie?

REFLEXION : Comment vivre l’identité ou le statut de roi dans sa vie?

L’Eglise catholique est une grande communauté qui comprend au sein d’elle des chrétiens ou des baptisés. Cette présence significative des baptisés se remarque non pas à travers une simple incorporation physique de ceux-ci, mais principalement à partir de leurs actions dans le monde qui se veulent être en conformité avec leur statut baptismal, notamment celui du roi. De ce fait, comment vivre, chers jeunes aujourd’hui, son statut ou mieux encore Son identité de roi dans son mouvement d’apostolat, dans sa famille et dans la société? Autrement dit, comment témoigner de son autorité en tant que baptisé au milieu de ses frères et sœurs jeunes? Telle est ainsi la question fondamentale que nous allons développer au cours de notre réflexion.

Les baptisés comme disciples-rois envoyés par le Christ dans le monde
Les baptisés représentent dans le monde les disciples à qui Jésus, par le baptême, a confié un pouvoir. Ce pouvoir, en effet, ils l’incarnent ou l’exercent comme rois, investis d’une autorité divine. Toutefois, nous pouvons nous interroger sur le sens de cette autorité. Nous pouvons de fait, aller à sa source latine qui tente de nous l’expliquer en deux mots: abdo-etatis, c’est-à-dire faire croître ou faire grandir. Dans ce sens, le statut de roi ou d’autorité que Jésus Christ nous confère à nous baptisés, consiste en réalité à faire croître ou à faire grandir tous ceux qu’il met sur notre chemin, nos frères et sœurs jeunes, de la même manière que nous-mêmes avions été grandis par Lui. Car leur croissance spirituelle dépend de nous, de ce que nous avons reçu du Seigneur comme enseignements et vertus. Jésus nous dit: «Vous êtes le sel de la terre (…) vous êtes la lumière du monde» (Mt 5,13.14). En le disant, Jésus nous invite à intéresser nos amis à la connaissance de Dieu qui sanctifie pleinement la vie de l’homme. Aussi, nous exhorte-t-il à les éclairer sur les différentes préoccupations ou autres comportements qui n’honorent pas leur vie.
De plus, il importe de dire que ce ministère reçu de Jésus implique une vie d’humilité. Car les baptisés du Seigneur sont rois non pas à la manière des puissants de ce monde, mais à la manière de Dieu. En dirigeant et en accompagnant ceux auprès desquels ils ont la grâce de le faire, ils ne doivent pas poser des actes dominateurs, écrasants voire humiliants. Au contraire, ils doivent sympathiser avec eux en leur rendant de multiples services liés à l’épanouissement de leur vie. C’est à ce niveau que nous allons accomplir notre statut de roi comme le veut le Seigneur.
Le Règne de la paix de Dieu dans le monde par les baptisés
Les baptisés sont aussi les artisans de la paix de Dieu dans le monde. C’est une responsabilité que le Seigneur leur confie de manière particulière. En effet, cette paix ils la donnent au monde comme ils la reçoivent de Jésus le Sauveur. Car dit-il: «Je vous laisse ma Paix, Je vous donne ma paix». Ce signe de paix reçu du Seigneur Jésus trace si bien le chemin que doit suivre leurs actions au milieu de leurs amis, en particulier et du monde en général. Ce qui veut dire que, chaque acte qu’ils leur semblent bon de poser doit refléter ou faire transparaître la douceur de leur Maître Jésus, qui affirme: «Qu’Il est doux et humble de cœur» (Mt 11,29).
Dans ce sens, l’instauration du règne de Dieu par les baptisés ne doit en aucun cas se limiter au niveau de simples paroles. Mais, au contraire elle doit se manifester à travers leurs actes et les relations qui les lient aux autres hommes de leur temps. A ce propos, le Pape François dans son message sur la paix en date du 1er Janvier 2020 affirme au n°2: «Le monde n’a pas besoin de paroles creuses, mais de témoins convaincus, d’artisans de paix ouverts au dialogue sans exclusions ni manipulations».
Les baptisés ne sauront pas vivre réellement leur statut de roi ou d’autorité en mettant toutefois en valeur les attitudes comme: les bagarres, les querelles, les disputes et les divisions. Celles-ci remettent en cause le don précieux reçu du Seigneur. Parce que, par ces attitudes apparaît la vie selon la chair et non plutôt celle de l’esprit. Et la paix de Dieu se donne, à vrai dire, en menant une vie entièrement vouée à l’esprit, qui combat toute réaction spontanée et grégaire vis-à-vis de son semblable voire de son entourage.
Ensuite, les baptisés sont nommés artisans de la paix dans la mesure où ils sont disposés à se mettre au service des autres. C’est-à-dire, là où on les sollicite pour divers services, qu’ils se dévouent à les accomplir sans se lasser. Là où certains refusent de rendre service, eux ils ne doivent pas hésiter de le faire, surtout lorsqu’il s’agit des services qui contribuent tant soit peu au bon fonctionnement du bien commun (faire la vaisselle, préparer un repas, puiser de l’eau, faire le ménage de la maison, de l’Eglise ou de la grotte…). Par ces actes, chaque baptisé peut mieux montrer aux autres le vrai témoignage. Ce témoignage pourra faire en sorte que les autres frères et sœurs se convertissent totalement.
Ainsi, chers jeunes notre plongée dans les eaux baptismales doit nous faire prendre conscience que notre vie dans le monde diffère de celle des autres. C’est un grand honneur que le Seigneur dans sa bonté infinie nous fait en tant que baptisé et en raison de notre participation à l’Autorité Divine. Cette grâce reçue de lui requiert que notre identité ou statut de roi soit vécu dans l’humilité et le service, afin d’aider nos frères et sœurs jeunes à mieux grandir dans leur recherche de Dieu. C’est aussi dans ce sens que, Dieu pourra mettre sous son autorité ceux qui désirent marcher à sa suite.
Puisse Marie, la Mère de tous les jeunes intercéder pour nous auprès de son Fils Jésus.

Abbé Priva MOUANGA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 février 2021 19 h 45 min

Editorial

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (123 793)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (55 593)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (33 085)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 1 884
  • 3 477
  • 76 492
  • 27 février 2021
Praesent Aenean accumsan massa tempus mattis commodo mi,