Sélectionner une page

PUBLICATION : «Le cri d’un pasteur» du séminariste Aubin Banzouzi

PUBLICATION : «Le cri d’un pasteur» du séminariste Aubin Banzouzi

Agé de 34 ans, puisque né le 24 avril 1986 à Brazzaville, Aubin Banzouzi est séminariste en fin de formation au Grand séminaire de théologie Cardinal Emile Biayenda de Kinsoundi à Brazzaville. Il est détenteur d’une maîtrise en langue et littérature françaises obtenu en 2009, et professeur certifié de lycée option français de l’Ecole normale supérieure. Ecrivain, chroniqueur et pédagogue, il a dans sa gibecière plusieurs publications, parmi lesquelles «Le Pacifisme chrétien dans l’encyclique Pacem in terris du Pape Jean XXIII (Alliance Kongo, Brazzaville)», «Pouvoir et sexe dans la littérature congolaise: cas du roman L’insolite d’Habib Marius Nguié». Il rallonge sa bibliographie avec «Le cri d’un pasteur: homélies et discours de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala de 2002 à 2020», aujourd’hui évêque émérite. L’auteur a fait une compilation de cent homélies et discours que Mgr Louis Portella Mbuyu a prononcés durant son ministère épiscopal dans le diocèse de Kinkala.

La cérémonie de présentation et de dédicace de ce livre paru aux Editions LMI à Pointe-Noire, en République du Congo, a eu lieu vendredi 4 septembre 2020 dans la salle Mgr Ernest Kombo du Centre d’études et de recherches chrétiennes (CERC) située dans les locaux de La Semaine Africaine à Brazzaville. C’était en présence de NN.SS Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville; Ildevert Mathurin Mouanga, évêque de Kinkala et Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala, l’élu du jour.
Dans l’assistance, il y avait des prêtres, des religieux et religieuses de diverses congrégations, aux côtés de quelques fidèles laïcs du Christ venus de diverses paroisses de l’archidiocèse de Brazzaville, COVID-19 oblige. Aussi de nombreuses personnalités, notamment les hommes de lettres et des enseignants de l’université Marien Ngouabi. Le ton a été donné par le père Raphaël Bazebizonza, responsable du CERC qui a présenté l’ouvrage de 377 pages, alors que M. Malachie Cyrille Ngouloubi, éditeur de son état, était le modérateur.
Le père Raphaël Bazebizonza a indiqué que c’est en guise de témoignage ou mieux de mémorial que s’inscrit cet ouvrage-compilation. Le premier cri de Mgr Louis Portella Mbuyu remonte à la messe du jeudi Saint de l’année 2002. «Mgr Louis Portella Mbuyu nous prêche un Dieu aimant et tout proche de l’homme, surtout dans la souffrance. Aucun égarement ne diminue cet élan d’amour divin. Il cite beaucoup la bible, comme témoignage d’un pasteur qui médite beaucoup la Parole de Dieu et le magistère authentique, notamment les écrits des Papes»; «La dimension pastorale et liturgique: les homélies de Mgr Louis Portella Mbuyu sont liées étroitement à certains temps forts de l’année liturgique. La lecture de ce livre nous permet de mieux cerner les enjeux des temps liturgiques, ce que Dieu attend de nous aujourd’hui, à Pâques, à la Pentecôte, pendant les autres fêtes et même au temps ordinaire. Le maître-mot c’est l’amour de Dieu et du prochain, et toutes les exigences que cela implique»; «L’invite à la paix, au pardon, à la réconciliation et à la reconstruction: il s’agit de la situation préoccupante d’une paix durable souhaitée dans le département du Pool. La paix n’est vraiment possible que si les vertus évangéliques de justice, de pardon, d’amour fraternel, de prière et de travail sont prises en compte»; «La dimension humaniste et universelle du livre: le message de ce livre naît certes dans un contexte pastoral précis, mais sa portée reste du moins universelle. Chaque homme éclairé, tout chrétien de par le monde y trouvera une nourriture de qualité pour faire grandir sa foi et son sens du bien».
L’écrivain Aubin Banzouzi a indiqué que son livre est, en fait un témoignage, une compilation des homélies et discours de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala, qui administré ce diocèse pendant 18 ans, de 2002 à 2020. L’ouvrage vise un double souci: «Témoigner pour le passé»; «ouvrage d’une vie, d’une époque, d’un long parcours pour de loyaux services rendus à l’Eglise pendant 18 ans». C’est aussi, un livre qui ouvre des perspectives.
Les différents intervenants ont remercié et félicité l’auteur de cet ouvrage pour avoir osé, car aucun prêtre jusque-là n’a pris cette initiative, de rassembler les homélies et discours d’un prélat qui a vécu 18 ans de vie pastorale dans un diocèse en ébullition, dans un département en proie à des violences armées, des conflits de tous genres. Ce sont des textes d’une beauté littéraire et profonds, car l’usage des biens de ce monde déchire les familles. Dans la postface de ce livre, on peut se faire une idée précise du sujet abordé par le futur prêtre, Aubin Banzouzi: «Les homélies demeurent dans l’Eglise, une manière de s’adresser au peuple de Dieu, de lui parler sur les faits contenus dans les textes bibliques et d’en tirer profit. Ce sont des discours tenus en public, devant l’assemblée des fidèles laïcs du Christ réunis au cours d’une célébration eucharistique».
Chaque intervenant a pu témoigner du rôle important joué par le bon pasteur en la personne de Mgr Louis Portella Mbuyu. Ils ont vivement interpellé l’assistance à soutenir physiquement et spirituellement le jeune écrivain pour sa contribution à la vie de l’Eglise. Cet ouvrage est une réflexion soutenue qui restitue les peines et les angoisses de la chrétienté du diocèse de Kinkala, des populations du département du Pool, contenues dans diverses homélies et discours d’un pasteur intrépide, humble et qui a su lutter contre les violences et les violations des droits de l’homme les plus fondamentaux pendant 18 ans. Le cri d’un pasteur nous enseigne et nous rappelle la condition fondamentale de la profondeur pour une appropriation du mystère de la foi. Il nous invite à la conversion, à la réconciliation, car Dieu est toujours aux côtés de ses enfants en détresse, quelles que soient les difficultés. C’est à quoi s’est attelé Mgr Louis Portella Mbuyu durant son ministère pastoral dans ce diocèse.
Mgr Ildevert Mathurin Mouanga a indiqué: «depuis quelques années une réflexion était engagée ensemble avec les prêtres vivant au Congo et à l’étranger pour un travail de réassemblage des sujets, notamment les homélies de Mgr Louis Portella Mbuyu pour en faire un document. Finalement, nous avons été devancés et l’Esprit Saint a agi par des voix qui sont différentes. Dieu a suscité l’esprit du jeune Aubin Banzouzi très inspiré par le Saint Esprit et qui a réfléchi à notre place».
Mgr Louis Portella Mbuyu s’est fait écho pour annoncer la parole qui souffle dans un département meurtri, saccagé ou les fils et filles ne parlent plus le même langage. Difficile d’y croire, mais il a fallu la présence physique d’un homme, d’un prélat pour parler, expliquer, réconcilier, pardonner et unir. Les séquelles des différentes guerres fratricides qui ont endeuillé ce département et qui présente encore des stigmates sont restées comme une encre indélébile dans certaines familles. Cet ouvrage est à mettre à l’actif du clergé, de la chrétienté et des hommes de bonne volonté.
Mgr Anatole Milandou a souligné que dans le «cri d’un pasteur», l’auteur démontre que les homélies sont une richesse incommensurable. C’est la nourriture de l’esprit pour les chrétiens. C’est un temps et une occasion de s’arrêter pour méditer, pour s’interroger: comment appréhender toutes ses homélies et discours. En fait, l’auteur répond à certaines préoccupations du commun des mortels qui pensent que les écrits de nos illustres pasteurs, parlons des archives, ne sont pas bien conservés. Donc, ce livre se révèle comme un support pédagogique important pour le peuple de Dieu, prêtres, fidèles laïcs du Christ, grands séminaristes pour servir de modèle aux autres qui sont, de ce fait, interpellés.

Qui est Mgr Louis Portella Mbuyu?
Né le 28 juillet 1942 à Pointe-Noire, Louis Portella Mbuyu a été ordonné prêtre le 31 décembre 1967. Nommé évêque le 30 octobre 2001 par le Pape Jean-Paul II, son sacre a eu lieu le 6 janvier 2002 à Rome. Son ordination épiscopale et sa prise de possession canonique ont eu lieu le 10 février 2002 à Kinkala.
Les fonctions exercées: directeur du Petit séminaire de Pointe-Noire, de 1976 à 1979; vicaire général de Pointe-Noire, de 1977 à 1982; recteur du Grand séminaire de Kinsoundi à Brazzaville, de 1983 à 1989; administrateur apostolique du diocèse de Nkayi, de 2000 à 2002; président de la Conférence épiscopale du Congo, de 2006 à 2014; administrateur apostolique du diocèse d’Owando, de 2008 à 2011; président de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), de 2011 à 2014.
A signaler que ce livre est vendu au prix de 15.000 F. Cfa au secrétariat de La Semaine Africaine, à Brazzaville.

Pascal BIOZI KIMINOU

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

26 septembre 2020, 03: 34

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 403)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (10 145)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (7 081)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 29
  • 22 961
  • 1 923
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
eleifend elementum suscipit dapibus diam risus. fringilla