Sélectionner une page

PROJET EAU, ELECTRICITÉ ET DÉVELOPPEMENT URBAIN (PEEDU) : La société E2C dotée de nouveaux postes de transformation électrique pour juguler les coupures de courant 

PROJET EAU, ELECTRICITÉ ET DÉVELOPPEMENT URBAIN (PEEDU) : La société E2C dotée de nouveaux postes de transformation électrique pour juguler les coupures de courant 

La capitale congolaise connaît, ces derniers temps, des coupures d’électricité causées notamment par la saturation des postes de transformation électrique. Pour juguler ce problème, la société Energie électrique du Congo (E2C) a été dotée de vingt nouveaux postes de transformation électrique moyenne tension (MT), basse tension (BT) et réseaux basse tension associés. La cérémonie marquant le transfert des responsabilités et la mise en service officielle de ces équipements a eu lieu le vendredi 18 septembre dernier, au Centre de santé intégré (CSI) de Ouenzé, le 5e arrondissement de Brazzaville. C’était sous les auspices de Yanick Lionel Nkodia et Frédérick Manienze, respectivement directeurs de cabinets du ministre de l’Energie et de l’hydraulique, et du ministre de l’Equipement et de l’entretien routier. En présence, entre autres, de Patrice Rakotoniaina, chargé du Projet eau, électricité et développement urbain (PEEDU) à la Banque Mondiale, de Maurice Bouesso, coordonnateur de ce projet, et de Jean-Bruno Danga Adou, directeur général d’E2C.

Ces équipements ont été acquis grâce au cofinancement du Gouvernement congolais et de la Banque Mondiale, par le truchement du Projet eau, électricité et développement urbain. Pour un coût de trois milliards de F.CFA.
Dans son allocution, Marcel Ganongo, administrateur-maire de Ouenzé, a rappelé que voici près de vingt ans que le Congo a mis en exécution, avec l’appui des différents partenaires, dans le cadre de sa politique de coopération multilatérale, le Projet eau, électricité, et développement urbain (PEEDU).
«Le Gouvernement congolais, sous la conduite de Monsieur le Premier ministre et la clairvoyance du Président de la République, Son Excellence Denis Sassou-Nguesso, a prescrit l’électrification de notre pays parmi les actes prioritaires qui doivent le conduire à son développement. Ce qui n’est qu’une logique, car l’énergie électrique constitue l’un des maillons essentiels dans cette voie salutaire.
La cérémonie de remise officielle de 20 nouveaux postes de transformation électrique moyenne tension et basse tension ce jour vendredi 18 septembre 2020, dans l’arrondissement 5 Ouenzé, et en ce lieu du CSI Ebina, est pour nous un précieux cadeau que le Gouvernement fait aux populations de notre arrondissement», a-t-il affirmé.
Pour sa part, Maurice Bouesso a rappelé que la feuille de route du PEEDU prescrit, entre autres, la mise en œuvre de la réforme du secteur de l’électricité et de la société E2C, l’amélioration du réseau de transport et l’extension du réseau du réseau électrique en visant notamment l’ouverture de l’accès à une électricité de qualité à de nouveaux clients. Et que c’est dans ce sens qu’ont été réalisés l’étude diagnostic du secteur électricité et l’étude de la demande et la tarification de l’électricité au Congo, la fourniture et la pose de 16 nouveaux feeders souterrains 20 kilovolts à Brazzaville et à Pointe-Noire, l’acquisition d’un véhicule laboratoire et de deux valises de recherche des défauts sur le réseau électrique, l’inventaire physique et comptable des immobilisations industrielles et non industrielles et la présentation d’une situation bilancielle auditée et corrigée à la cessation des activités de Société nationale d’électricité (SNE), la construction de 20 nouveaux postes de transformation électrique moyenne tension, basse tension (MT/BT) et basse tension (BT) associés, à Brazzaville.

Photo de famille après la remise officielle des postes de transfo.

«La réhabilitation de 40 postes de transformation MT/BT à Brazzaville et à Pointe-Noire se poursuit et devrait être terminée avant le 31 décembre 2020.
Dans le programme de société de SEM Denis Sassou-Nguesso, ‘’La marche vers le développement, plus loin ensemble’’, un accent particulier a été mis sur le développement des infrastructures dont l’électricité.
La Plan national de développement, programme du Gouvernement, a réaffirmé cette volonté et la construction de 20 nouveaux postes constitue une des réponses, notamment face à la problématique liée au constat des transformateurs saturés, des réseaux BT surchargés, des longueurs excessives desservies par les départs BT des postes, entraînant des chutes de tension élevées.
De manière générale, ces 20 nouveaux postes participent à la réponse face à la forte pression constante subie par l’ensemble du réseau et des postes de transformation électrique», a-t-il affirmé.
Le projet de construction de 20 nouveaux postes à Brazzaville vise l’augmentation du nombre de postes de transformation par la garantie de la puissance nécessaire et l’amélioration de la qualité de l’énergie électrique distribuée aux consommateurs, l’extension du réseau BT pour assurer la desserte des zones non desservies en électricité, le raccordement des nouveaux clients et l’augmentation du chiffre d’affaires de la société E2C, l’éclairage public autour des nouveaux postes.
Sa réalisation a été rendue possible grâce au ministère de l’Energie et de l’hydraulique (maître d’ouvrage), au PEEDU (maître d’ouvrage délégué), au groupement GEMACOR/DMI Consultant (mission de contrôle), et au groupement MBTP/CELEC/Entourage Electricité (entreprise). Le bénéficiaire étant, bien entendu, E2C.
Le projet de construction des 20 nouveaux postes de transformation MT/BT à Brazzaville a donc permis la construction de 20 nouveaux bâtiments en structure maçonnée de 5m sur 5m, à l’exception des postes de Mafouta 2 et Zone proche de Djiri qui font respectivement 6m sur 4m et 7m sur 5 m; la fourniture et le montage des équipements et accessoires MT et BT constitués de:
-Un transformateur MT/BT 630 KVA mono tension 20 kilovolts pour 15 nouveaux postes;
-Un transformateur MT/BT 630 KVA bitension 20 kilovolts et 6,6 kilovolts pour 5 nouveaux postes actuellement alimentés par le centre d’émission du poste source Djoué;
-Une cellule de protection transformateur (QM);
-Deux cellules interrupteur réseau (IM) de raccordement en coupure d’artère au réseau;
-Un détecteur de défauts MT;
-Un disjoncteur compact BT 1250 A;
-Un tableau urbain réduit (TUR) équipé de fusibles de 400A;
-Un coffret de commande pour l’éclairage public autour du poste.
A cela, il faut y ajouter:
-La fourniture et l’installation de 4 cellules interrupteur réseau (IM) supplémentaires dans les postes de raccordement en antenne au réseau ;
-La fourniture et la pose de 13.965ml de câble souterrain MT pour le raccordement de 15 nouveaux postes au réseau existant 20KV et de 4 nouveaux postes au réseau 6.6KV ;
-La fourniture et la pose d’une liaison aéro-souterraine MT 6.6KV pour le raccordement d’un nouveau poste au réseau aérien existant 6.6KV ;
-Le déploiement de 39.909ml de réseau BT pour permettre de reconfigurer le réseau existant avec possibilité des reprises et améliorer l’accès à une électricité de qualité.
Ce sont 2496 poteaux bois et 486 poteaux métalliques qui ont été mis en œuvre avec 500 luminaires fixés.
Il est important de souligner que tous les tableaux TUR installés ont huit colonnes dont quatre seulement sont actuellement en exploitation pour alimenter le réseau BT.
Les quatre autres colonnes constituent une réserve afin de se prémunir des besoins futurs de renforcement du poste qui s’imposeront de toute évidence du fait de la densification du tissu urbain.
Ces 20 nouveaux postes viennent décongestionner 31 postes existants et leur impact porte sur environ 60 000 habitants.
«La mise en service du nouveau poste CSI Ebina, devant lequel nous sommes, a permis de décongestionner le poste SIC Ouenzé 1 et le poste Campement.
Les premiers résultats de son intégration dans l’exploitation de E2C se traduisent par une amélioration substantielle des valeurs de la charge en pointe de ces deux postes:
Pour le poste SIC Ouenzé 1, la valeur de la charge en pointe est de 59%, contre 108% avant la mise en service du nouveau poste Ebina ;
Pour le poste Campement, sa valeur de la charge en pointe est de 79%, contre 97% avant.
Ces deux postes ne sont plus délestés. Ces valeurs vont être améliorées par les services compétents de E2C.

La remise des clés des nouveaux équipements au D.G. d’E2C

Il en sera de même pour les autres nouveaux postes, qui verront leurs charges en pointe diminuer de manière très significative», a souligné le coordonnateur du PEEDU.
Ces 20 nouveaux postes sont: PK Mfilou, Ngangouoni, Eglise catholique de Moussosso, Makengo, Mahoukou, Eglise catholique Saint Ambroise de Mayanga, SNDE Mayanga, Ecole Moussa Eta, CSI Ebina, Ngamakosso II, Itoua 2, Tsiémé Mpangala, Domaine2, SNDE Potabloc, Mafouta 2, Académie 3, Manianga-Djiri, Sœurs missionnaires, Zone proche Djiri, Station de Kintélé.
Satisfait du travail réalisé, Jean-Bruno Danga Adou a rappelé que depuis 2004, le Gouvernement de la République s’est lancé dans un vaste programme de construction, de réhabilitation et de renforcement des infrastructures de production, de transport et de distribution de l’électricité. «C’est dans ce cadre que le Gouvernement, associé à la Banque Mondiale, est en train de réaliser des infrastructures. Ces infrastructures permettront donc, en ce qui nous concerne, d’améliorer la desserte électrique dans les quartiers, de renforcer les réseaux existants, et, en quelque sorte, mettre fin au fameux phénomène de délestages que nous connaissons depuis des années. Parce que la création de nouveaux postes dans des quartiers permet de décharger les postes saturés. Avec la création de ce nouveau poste ici à Ebina, vous allez constater que le poste SIC Ouenzé qui est à côté de 753 et le poste qui est dans la rue Campement ne seront plus délestés, parce qu’une bonne partie des clients qui dépendaient de ce poste seront transférés au nouveau poste. Donc, à partir d’aujourd’hui, s’il y a délestage au niveau de ce poste, ça sera maintenant l’objet de sabotage de la part de certaines personnes véreuses. Sinon, l’objectif de la création de ce poste, c’est, effectivement, de mettre fin au phénomène de délestages, parce que les postes seront déchargés», a-t-il ajouté. Tout en précisant que pour mettre fin aux délestages, l’inauguration de nouveaux postes de transformation électrique doit être associée à l’opération pose compteurs lancée par E2C.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 octobre 2020 0 h 23 min

Editorial

PROCHES DE DIEU, PROCHES DES HOMMES

Nos Evêques viennent de boucler leur 49è assemblé plénière. Pendant une semaine, à Brazzaville, ils ont réfléchi à un thème qui mériterait d’autres sessions de travail, d’autres analyses, d’autres recherches: la formation du futur prêtre. Une Eglise est ce que ses fidèle sont, mais elle est aussi ce que sont ses prêtres. Elle tient par la solidité de leur fidélité à la Parole, par la solidité de leurs connaissances de sacerdotes au service de l’Homme.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (28 411)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (14 610)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (11 083)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 2
    • 12
    • 41 594
    • 4 706
    • 1 195
    • 4
    • 11
    • 1
    • 21 octobre 2020