Sélectionner une page

PROCES EN CORRUPTION A L’IAAF : La dernière carte de Lamine Diack

PROCES EN CORRUPTION A L’IAAF : La dernière carte de Lamine Diack

L’ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), le Sénégalais Lamine Diack, a été finalement condamné par la justice française à 4 ans d’emprisonnent dont 2 fermes et à une amende de 500.000 euros. Ce verdict ne plaît pas à sa défense, qui a annoncé un recours. Lamine Diack et sa défense avaient rendez-vous le 16 septembre dernier à la 32e chambre du tribunal de grande instance de Paris pour entendre le verdict qui, au bout de plusieurs années de procédure, leur rendrait la liberté. Leurs espoirs ont été déçus. Le principal accusé, Lamine Diack, est reconnu coupable «de corruption passive, de blanchiment aggravé de corruption active sur des agents de l’IAAF», notamment ses agissements vis-à-vis de la commission antidopage (pour le ralentissement du processus normal de sanctions disciplinaires à l’encontre d’athlètes russes), «et d’abus de confiance». Le juge ne s’est pas arrêté à cette peine, puisqu’il y a adjoint l’interdiction définitive d’exercer une activité professionnelle ou sociale en lien avec le sport.
Pour les avocats de Diack, la décision du tribunal «est à la fois injuste et inhumaine. Elle est injuste parce qu’on voit que le tribunal cherche à faire de la politique. Il a voulu se servir de M. Diack comme un bouc émissaire». La dernière carte qu’ils tentent de jouer pour leur client porte sur plusieurs incohérences, selon eux, dans la décision condamnant l’ex-patron de l’athlétisme mondial. «Le tribunal nous dit qu’il y a eu financement de campagne, mais il reconnaît qu’il n’a vu aucune trace de ce financement», indique par exemple Simon Ndiaye.
L’autre paradoxe et argument du clan Diack se trouve sur le délit d’abus de confiance portant sur 15 millions de dollars détournés par le biais d’un contrat «alors que les signataires et les bénéficiaires dudit contrat ne sont pas inquiétés».
Reste que la 32e chambre du tribunal de grande instance de Paris a produit un document de travail parvenu à plusieurs agences de presse, portant sur les motivations de sa décision. Est-il possible que Diack et sa défense obtiennent gain de cause? La réponse ne tardera pas.

Guy-Saturnin MAHOUNGOU

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 1 h 31 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 518)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 241)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 054)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 45
  • 43 197
  • 5 643
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
venenatis, odio neque. adipiscing Phasellus Lorem dolor. libero massa nunc id