Sélectionner une page

Pour le prochain viaduc

Les pluies ont repris. L’accalmie de fin janvier a été brève. La petite saison sèche de février ne s’est pas manifestée vraiment. Pour qui a encore des doutes sur la réalité des effets néfastes du changement climatique, il a la preuve de sa manifestation, à Brazzaville et à Pointe-Noire surtout. Le ciel s’embrouille, les nuages ne sont plus où ils devraient être, les pluies sont plus furieuses et persistantes, les rivières sont moins dociles et les crues plus cruelles, précisément.
Le climat se dérègle et cause les dégâts que nous voyons chez les cigales que nous sommes. Nous y avons perdu un premier viaduc, combinaison d’une légèreté dans les responsabilisations et d’un manque de sérieux dans la conception et le contrôle. Les inspections ont noté que les eaux en sont la cause (cela se voyait); les expertises nationales ont promis une reconstruction rapide. Avec, cerise sur le gâteau, une surveillance accrue (donc elle n’était pas prévue).
Mais l’effondrement du joyau national du bord du fleuve devrait nous donner à réfléchir. Car si les autres ouvrages ont été bâtis dans le même esprit qui a produit le résultat du 8 janvier, c’est que d’autres corniches affalées en bordure du Congo, fleuve ou pays, pourront suivre. Et comme les pluies continuent de tomber drue, il faudra bien que des responsabilités soient plus vigoureusement réparties. La cause peut être une, mais les responsables nombreux.
La tentation est grande de tout rejeter sur les politiques. Il est vrai qu’ils ne peuvent se défausser sur les seuls Chinois. L’ouvrage avait été réceptionné à titre provisoire. Certes nous sommes dans le pays où le provisoire peut durer 100 ans, mais en 100 ans des pluies irrévérencieuses peuvent transformer un beau viaduc en un amas de ferrailles. Et dans tous les cas, il ne faudra pas attendre 100 ans pour tirer les leçons de notre orgueil national blessé.
Les politiques ont leurs responsabilités, certes, mais le citoyen ne peut pas se défiler comme à l’accoutumée en lançant: «Ils ont volé tout l’argent, qu’ils s’arrangent à nous réparer cela!». Dans la catastrophe du viaduc que nous avons vue se produire sous nos yeux, il a été question aussi du retour trop rapide des maraichers sur les flancs de l’ouvrage. Ce sont nos pères et nos mères; ils ne peuvent continuer à invoquer le manque d’espace et le besoin de s’occuper faute d’emplois salariés pour grignoter des bords de route.
Il faut relancer l’agriculture, laisser de l’espace aux ruraux pour la pratiquer en périphérie, lui laisser reprendre la place qu’elle n’aurait pas dû céder aux importations hormonées et ogéméisées de maintenant. Il ne faut pas non plus hésiter à rappeler que gratter la terre à n’importe quel endroit a des conséquences sur l’environnement. Il y faut de la pédagogie; il y faut de la justice. Surtout de la justice: car elle est la première à être foulée aux pieds par les éternels «tu sais qui je suis?».

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 260 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 260 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 janvier 2021 12 h 41 min

Editorial

Des élections en Afrique Centrale

En Centrafrique, la victoire du Président Faustin Archange Touadéra a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Avec un peu plus de 53% de voix, mais sur seulement 35% des ayants-droit au vote, cette victoire a été entérinée par la communauté internationale. Certains des opposants -une première en Afrique Centrale – se sont même inclinés devant le vainqueur.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (99 956)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (41 441)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (28 568)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 9
  • 1 010
  • 4 815
  • 80 868
  • 22 janvier 2021
velit, Sed Donec id libero leo ut ipsum