Sélectionner une page

PARLEMENT : L’état d’urgence sanitaire prorogé pour la neuvième fois

PARLEMENT : L’état d’urgence sanitaire prorogé pour la neuvième fois

Face à la progression de la pandémie de COVID-19, les deux Chambres du Parlement ont procédé le 26 septembre dernier à la prorogation, pour la neuvième fois, de l’état d’urgence sanitaire en République du Congo, pour une période de vingt jours supplémentaires, conformément à la Constitution. Cette prorogation intervient après avis du Comité des experts et au terme de l’évolution des mesures prises par le Gouvernement. Il a été constaté que la COVID-19 continuait de se répandre dans le pays.
Pour cela, une nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire en vigueur et qui arrivait à terme le 28 septembre 2020, a été jugée indispensable.
La crise est loin d’être totalement éradiquée dans le pays. Pour continuer à lutter contre la pandémie, le chef de l’Etat a sollicité du Parlement l’autorisation de proroger pour la neuvième fois l’état d’urgence de vingt jours, déclaré le 31 mars dernier.
Pour Isidore Mvouba, la situation est des plus préoccupantes au moment où le monde a atteint le chiffre mythique d’un million de décès dûs à la COVID-19. «Le virus, tel un phoenix qui renaît de ses cendres, redouble d’ardeur et de virulence dans les pays nantis qui avaient pourtant pris les dispositions appropriées pour circonscrire son impact…Un simple relâchement des gestes barrières a fait repartir à la hausse l’extension du fléau, en contaminant cette fois, la composante juvénile qui était épargnée jusque-là», a-t-il déclaré.
Le président de l’Assemblée nationale s’est réjoui des statistiques quelque peu encourageantes enregistrées dans le pays qui vient de franchir le seuil de 5000 cas positifs répertoriés et de 89 décès.
Pour lui, le Gouvernement vient de prendre des mesures qui sont de nature à sortir les Congolais du stress, de l’angoisse du quotidien, de la difficulté des transports et de la psychose générale constatée à l’approche de l’heure du couvre-feu.

Pierre Ngolo

Il a estimé que la levée du couvre-feu à l’intérieur du pays et son réaménagement à Brazzaville et Pointe-Noire, est une décision appropriée qui réjouit et soulage tous les Congolais. «Ces allégements ne remettent pas en cause l’application des mesures barrières édictées par les pouvoirs publics».
Pourtant, «l’état d’urgence sanitaire doit se poursuivre pour maintenir à flots le niveau des résultats positifs plutôt satisfaisants obtenus à ce jour dans la lutte contre la pandémie à nouveau coronavirus», a-t-il poursuivi.
Et d’ajouter: «une vigilance de tous les instants doit être de mise pour contenir, les coups de boutoir du coronavirus, pour ne pas connaître le sort des pays du centre qui vivent actuellement un rebond de la pandémie dans l’émoi du quotidien».
Isidore Mvouba a fait savoir que la prorogation de l’état d’urgence sanitaire est un acte d’une grande responsabilité des décideurs, des élus du peuple, de la Force publique, du personnel de santé et de la population. «La responsabilité de chacun est de veiller sur l’autre. Soyons solidaires, luttons de manière énergique contre la culture de déni de certains de nos compatriotes qui osent affirmer que le coronavirus est une invention des gouvernants», a-t-il dit.
Au Sénat, Pierre Ngolo a indiqué que la reconduction de l’état d’urgence sanitaire constitue, «la seule vraie disposition de protection de la population, devenue de plus en plus critique, à l’égard des mesures restrictives de ses libertés».
Il a appelé les sénateurs à avoir à cœur la gravité de la situation sanitaire que vit le monde. «Cette prorogation est une précaution nécessaire qui doit engager tous les citoyens à se positionner comme acteurs principaux du combat contre la pandémie de COVID-19. C’est un combat de tous, un combat sans répit tant qu’il n’est pas établi que ce fléau qui n’épargne personne est véritablement vaincu», a affirmé Pierre Ngolo qui pense que l’assouplissement de certaines restrictions ne devrait pas permettre une mauvaise exploitation d’une certaine liberté retrouvée.
«De nombreux exemples vécus à travers le monde montrent bien la particulière capacité de rebondissement de la pandémie. Développons davantage la discipline, respectons strictement les règles édictées pour ne pas créer les conditions d’un reconfinement plus dur et plus difficile à supporter. Si tous nous veillons à respecter la distanciation physique, à nous laver les mains régulièrement, à porter le masque, à couvrir la bouche et le nez, et à nous tenir toujours informés, nous pouvons collectivement briser les chaînes de transmission. Si par des comportements désinvoltes, nous devions laisser s’envoler la propagation, l’Etat sera dans l’obligation d’exercer son autorité aux dépens des libertés individuelles. Prenons tous l’engagement de vaincre la pandémie du coronavirus», a précisé le président du Sénat.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 2 h 39 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 525)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 242)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 060)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 68
  • 43 220
  • 5 647
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
Phasellus leo. ut Lorem dolor Praesent consectetur justo porta. Sed venenatis, ipsum