Sélectionner une page

PARLEMENT : L’état d’urgence sanitaire prorogé pour la cinquième fois

PARLEMENT : L’état d’urgence sanitaire prorogé pour la cinquième fois

Face à la progression de la pandémie du COVID-19, les deux chambres du Parlement ont procédé le 8 juillet dernier à la prorogation, pour la cinquième fois, de l’état d’urgence sanitaire en République du Congo, pour une période de vingt jours supplémentaires, conformément à la Constitution. Cette prorogation intervient après avis du Comité des experts et au terme de l’évolution des mesures prises par le Gouvernement. Il a été constaté que le COVID-19 continuait de se répandre dans le pays.
Pour cela, une nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire en vigueur et qui arrivait à terme le 9 juillet 2020, a été jugée indispensable.
La crise est loin d’être totalement éradiquée dans le pays. Pour continuer à lutter contre cette pandémie, le chef de l’Etat a sollicité du Parlement l’autorisation de proroger pour la cinquième fois l’état d’urgence de vingt jours, déclaré le 31 mars dernier.
Cette décision a été prise en Conseil des ministres du 6 juillet. Au cours de cette réunion ; le chef de l’Etat a déploré un certain relâchement dans le respect des gestes barrières. Il a invité chacune et chacun des Congolaises et Congolais à adopter une attitude suffisamment responsable, afin d’éviter une propagation incontrôlée de la pandémie dans le pays. «En vue de permettre au Gouvernement de poursuivre l’exécution des mesures prises pour faire face à cette pandémie, il est indispensable de proroger de nouveau l’état d’urgence actuellement en vigueur», précise le compte rendu du Conseil des ministres.
Le Chef de l’Etat a indiqué aux membres du Conseil des ministres que les indications épidémiologiques, traduisant une augmentation de cas positifs, peuvent s’expliquer par la montée, selon lui, en puissance des tests à grande échelle.
C’est avec une facilité déconcertante que les deux chambres du Parlement ont adopté sans débats et dans un laps de temps rapide ce projet qui va conduire le Gouvernement, par l’entremise du Premier ministre Clément Mouamba a dévoilé le troisième palier du déconfinement progressif édicté par l’évolution de la pandémie et ses conséquences économiques et sociales.
Demeurent en vigueur: la fermeture de toutes les frontières, sauf pour les navires, les vols cargos et autres transports de marchandises vers le Congo ou au départ du pays; la quarantaine et le test virologique (RT-PCR) obligatoire pour les passagers entrant sur le territoire national; le régime de fonctionnement actuel des marchés domaniaux; la fermeture, à l’exception des classes d’examen, des crèches, des établissements préscolaires, scolaires, des centres d’alphabétisation, des collèges, des lycées et des universités, publics et privés; la fermeture des résidences universitaires et des internats; la fermeture des bars dancings, boîtes de nuit et autres établissements clos de danse; l’interdiction des rencontres de sports collectifs et des spectacles; la limitation à 50 personnes maximum, participant à toute activité collective, à condition de respecter strictement toutes les mesures barrières; la célébration, dans l’intimité, de tous les événements familiaux, dans le respect de toutes les mesures de prévention; l’exercice des contrôles sanitaires et des contrôles de la Force publique à l’entrée et à la sortie de toutes les sorties; les mesures régissant le transport urbain.
Le Gouvernement avait promis de rétablir le confinement dans une localité ou sur l’ensemble du territoire national s’il était constaté une flambée de l’épidémie dans une ville ou dans plusieurs localités du pays en même temps. Or, les cas des personnes atteintes du COVID-19 ne font qu’augmenter et la population s’interroge.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

29 septembre 2020, 17: 47

Editorial

UNE PRESSE LIBRE ?

A l’approche des échéances électorales, nous avons été rappelés à l’ordre : que les médias ne servent pas de porte-voix aux ambitions de haine et aux antagonismes des partis politiques. Le Conseil supérieur de la liberté de communication de qui émane ce rappel semble sincère. Son interpellation semble partir du désir de bien faire. Dans la salle où il avait réuni les journalistes mardi dernier, aucun confrère n’a voulu poser de question à la fin de l’exposé.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (23 646)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (11 225)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (7 712)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 920
  • 25 994
  • 2 255
  • 972
  • 3
  • 9
  • 1
  • 26 septembre 2020
efficitur. id, non pulvinar leo dictum facilisis neque. eleifend Phasellus nec fringilla