Sélectionner une page

OBSEQUES DE PASCAL LISSOUBA : L’ancien Président inhumé provisoirement en France

OBSEQUES DE PASCAL LISSOUBA : L’ancien Président inhumé provisoirement en France

Rappelé à Dieu en exil le 24 août dernier à Perpignan, au Sud de la France, des suites de la maladie d’Alzheimer à l’âge de 88 ans, l’ancien Président congolais Pascal Lissouba a été inhumé provisoirement lundi 31 août dans la ville précitée. Dans la stricte intimité familiale. Après une cérémonie religieuse qui s’est déroulée à la Cathédrale Saint Jean-Baptiste.

A Brazzaville, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), le parti fondé par le premier Président de la République du Congo élu au suffrage universel direct et condamné en décembre 2001 par contumace à 30 ans de travaux forcés, a également organisé une cérémonie en hommage au Professeur Pascal Lissouba. Celle-ci s’est déroulée au siège du parti, à Diata, dans le 1er arrondissement Makélékélé. Elle a été marquée par un office religieux. Les membres de l’UPADS ont aussi suivi, en direct, les obsèques de celui qui a été Premier ministre de 1963 à 1966, puis Président de 1992 à 1997.
Que peut-on retenir du Président Pascal Lissouba?
«(..) Panafricaniste convaincu et illustre scientifique, il fut un homme épris de paix, un homme d’ouverture et de consensus, dont la principale ambition était d’œuvrer pour l’émancipation de son peuple. Sa vision politique fut sans ambiguïté: faire du Congo une nation démocratique, décentralisée, unie et juste, où tous les Congolais – grâce aux progrès de la science et de la technologie – sauraient transformer les innombrables potentialités de leur pays en un avenir meilleur pour tous.
Tout au long de sa vie, Pascal Lissouba a servi son pays avec honneur et dévouement, même lorsqu’il fut contraint de le quitter», dit le communiqué de la famille du défunt Président daté du 27 août dernier et qui porte l’estampille de son fils, le député Jérémy Lissouba.
«Son grand amour pour notre pays, sa grande foi dans les Congolais pour faire ce pays, comme il le disait lui-même, une petite Suisse», a commenté, pour sa part, Claudine Munari, dans une interview accordée à Radio France Internationale. Et Joseph Ouabari Mariotti, ministre de la Justice sous Pascal Lissouba, de renchérir: «Je garde de lui le souvenir d’un homme d’Etat de haute facture, un grand homme. Il était travailleur, rigoureux et perfectionniste. Il y a des chefs d’Etat qui ne voient par leur ministre parfois pendant un an, deux mois, six mois. Mais lui, il rencontrait ses ministres quand il avait besoin; un homme d’ouverture, un homme d’une grande humilité, et puis un homme qui voulait que le travail soit bien fait, préoccupé par l’avancée progressiste de son pays, préoccupé par les destinées de son pays, un homme qui ne mettait pas de barrière entre lui et ses collaborateurs. Et ça, c’est capital. Et puis, il y a la grande réforme qu’il a faite, la réforme sur le partage de production (ndlr: sur le pétrole). Il était un rassembleur…»
«Il a conservé une aura au-delà de son bassin d’origine. Son parti continue d’incarner l’opposition au régime. Lissouba gardera l’image d’un président volontariste, intellectuel. Son instruction lui a à la fois valu une image de président froid, rigoureux, et aussi éloigné, parfois, des réalités locales. C’était un personnage détaché des biens matériels, ce qui tranche avec la réputation de son tombeur et de bien des dirigeants d’Afrique centrale, souvent associés au népotisme et à la prédation», a quant à lui, déclaré, au journal français ‘’Le Point’’, Serge Loungou, Maître de conférences en géographie politique à l’université de Libreville (Gabon).
A signaler que Pascal Lissouba est le deuxième chef d’Etat à être inhumé provisoirement en France, après Jacques Joachim Yhombi Opango, décédé le 30 mars dernier, des suites du coronavirus, et qui repose au cimetière parisien de Bagneux. Il est le deuxième chef d’Etat congolais à mourir en exil, après l’abbé Fulbert Youlou, premier Président de la République du Congo démocratiquement élu, décédé le 5 mai 1972, à Madrid, en Espagne.

Sévérine EGNIMBA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

24 septembre 2020, 09: 39

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (21 739)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 560)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 724)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 320
  • 21 408
  • 1 702
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
libero suscipit Sed dolor massa nec justo Praesent mattis elit.