Sélectionner une page

Mutations?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers.
Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner. Qui se soucie encore de laver ses mains à l’entrée d’une épicerie de quartier ou d’un service officiel? Et, d’ailleurs, quels sont les services qui veillent à mettre de l’eau même quand des seaux sont placés à leur entrée?
Dans la rue, il ne faut pas trop se forcer pour trouver des connaissances qui se serrent la main, se donnent l’accolade ou baissent la bavette pour se parler et rigoler à tire-larigot. Trouver des gens qui éternuent dans le creux du coude est une gageure. Dans les bus, à la morgue ou même à l’hôpital, voire chez le médecin, la règle est d’en faire le moins possible. Dans tous les cas, tant qu’on ne se voit pas rappeler à l’ordre, on fait chacun à son aise.
Tout se passe comme si nous ne reconnaissions l’existence et la virulence de la pandémie à coronavirus qu’à contre cœur. Par intermittence. Comme si nous avions à choisir entre les moments et les comportements de grand risque et le reste de la vie. C’est à dire là où nous avions laissé notre insouciance en mars, avant les premiers décès dus à la pandémie. Cela est vrai dans les familles, cela est vrai dans la rue. Mais cela est vrai aussi chez nos femmes et hommes politiques !
Très peu d’entre eux, en dehors des folkloriques et ludiques coudes-à-coudes pour se saluer en espiègles et de la distribution aux militants de masques qu’on manipule contre tout bon sens, démontrent que cette pandémie impacte les comportements et pourrait dessiner un avant et un après, pour les partis politiques, par exemple. Les formations, qui s’activent sans trop l’avouer, pour la présidentielle de l’an prochain, continuent de mouliner les ritournelles des débuts. Ils continuent de fonctionner autour de l’ethnie du leader ou du prépondérant. Malgré le constat patent et unanime, ils continuent d’affirmer que la démocratie adviendra demain avec eux. Ils ont eu de la peine pourtant à le concrétiser quand eux ou leurs alliés étaient au pouvoir.
Ils continuent de promettre pour demain la gouvernance qu’ils ne montrent pas aujourd’hui beaucoup de zèle à appliquer dans leurs rangs. Demain nous vivrons mieux, pourvu que le FMI nous verse de quoi respirer et ferme les yeux sur notre gestion; que la COVID-19 déserte le Congo et que le prix du baril de pétrole remonte. Or nous avons déjà vécu en période de générosité des donateurs et d’embellies des prix pétroliers.
Quant à la COVID-19, elle n’est entrée chez nous, c’est-à-dire dans un pays qui a 60 ans d’indépendance et de souveraineté, qu’en mars 2020. Qu’avons-nous fait avant, qui nous servirait de modèle après? Et qui pourrait être montré comme la marque de notre mutation à cause (grâce ?) à la pandémie ambiante?

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 2 h 43 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 525)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 242)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 060)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 69
  • 43 221
  • 5 647
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
consectetur nec leo at Donec id in ut Lorem