Sélectionner une page

MUSIQUE : «Biyawula», nouvel album du groupe tradi-moderne «Tshi-Fumb’»

MUSIQUE : «Biyawula», nouvel album du groupe tradi-moderne «Tshi-Fumb’»

Pour l’orchestre tradi-moderne congolais «Tshi-Fumb’», la femme africaine doit renouer avec les valeurs traditionnelles des femmes d’autrefois. Ce vœu est exprimé dans son nouvel album intitulé «Biyawula». En vili, une langue bantoue parlée en Angola, au Congo et au Gabon, le long de l’Atlantique, «Biyawula» signifie foulard de tête ou turban. Jadis et naguère, il constituait, avec le pagne, la singularité, voire l’originalité de la beauté et de la parure de la femme africaine.
Cependant, de nos jours, le ‘’biyawula’’ semble avoir disparu du jargon vestimentaire de la femme africaine. Une femme africaine qui a renoncé au ‘’biyawula’’ au profit des perruques et mèches. Mais surtout des cheveux de leurs congénères asiatiques ou latino-américaines que des agences de publicité appellent «vrais» cheveux et vendus à prix d’or par des commerçants.
Or, pour le groupe «Tshi-Fumb’», ce n’est pas seulement une affaire vestimentaire.
Dans la chanson «Biyawula», titre phare de l’album éponyme présenté récemment à l’Institut français du Congo (IFC) de Pointe-Noire, le groupe tradi-moderne explique que le renoncement au ‘’biyawula’’ est symptomatique de la disparition de l’ensemble des valeurs traditionnelles et vertus qui caractérisaient la femme africaine d’autrefois.
C’est dire jusqu’à quel point «l’affaire est grave». «Arrête, jeune fille. Va chez ta maman pour apprendre à faire la cuisine», comme on peut entendre dans la chanson exécutée en vili. Grave pour une bonne partie de la gente féminine du continent aujourd’hui subjuguée par la culture occidentale véhiculée à travers plusieurs supports dont les séries des telenovelas.
«Biyawula n’est qu’un symbole pour dire qu’il faut porter les enseignements et les conseils sur la tête et renouer avec la mode traditionnelle et perpétuer les valeurs traditionnelles africaines», expliquait Sylvain Matouti, un des responsables de Tshi-Fumb’.
À travers ‘’Biyawula’’, ainsi que les onze autres titres chantés tous en vili, Tshi-Fumb’ vient de réaffirmer son dessein de faire de la promotion des valeurs ancestrales un véritable challenge. Et ça lui réussit déjà, comme en témoignent le titre de meilleur orchestre du Prix Pool Malebo music awards reçu à Kinshasa l’année dernière et le Prix Tchicounda remporté en 2015 à Pointe-Noire.
John NDINGA-NGOMA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 novembre 2020 2 h 24 min

Editorial

Protestants en marche

Au bout d’un synode, une assemblée plénière des dirigeants et de ce que l’on qualifiera de forces vives, l’Eglise évangélique du Congo, EEC, a fini par refaire son unité. Pendant quatre jours, à la paroisse de Makélékélé Matour de Brazzaville, nos sœurs et frères protestants ont lavé leur linge sale en famille, passé en revue les écueils à une annonce fluide de la Parole du Salut, tracé les lignes d’un futur rempli de moins de scories.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (47 153)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (21 034)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (17 621)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 129
  • 2 262
  • 53 146
  • 18 novembre 2020
commodo consequat. libero pulvinar sem, consectetur libero. sit ut amet, mattis