Sélectionner une page

MOUNGALI : Le nouveau maire a décliné sa feuille de route

MOUNGALI : Le nouveau maire a décliné sa feuille de route

Nommé par décret présidentiel et installé officiellement dans ses fonctions d’administrateur-maire de Moungali, quatrième arrondissement de la capitale le 17 juillet 2020, Bernard Batantou «BAT», 67 ans, enseignant de carrière, a au cours de cette cérémonie d’intronisation présidée par le préfet du département de Brazzaville, Pierre Cébert Ibocko-Onangha, décliné sa feuille de route.
Il a tout d’abord exprimé sa gratitude au Président de la République pour l’avoir nommé à ce poste. Il a indiqué qu’en prenant les destinées de la commune avec l’«humilité qui devrait être notre credo, je voudrais qu’un accent particulier, en ce temps de crise sanitaire, soit mis sur la lutte contre la propagation de la pandémie à corona virus, la COVID -19 ainsi que le phénomène des bébés noirs, afin d’assurer la sécurité globale, suivis des travaux de réhabilitation et le pavage des voiries de Moungali, entrepris par le Maire de Brazzaville».
Pour Bernard Bantantou, la bonne collaboration avec la force publique, c’est-à-dire la Gendarmerie, la Police et la sécurité civile «devra guider notre action au sein de notre arrondissement». Pour le reste, a-t-il rappelé, les chefs de quartiers, de zones et des blocs seront, à n’en point douter, mon rempart pour veiller à la bonne conduite de toutes actions «que nous mènerons. Ainsi compris, il nous faudra donc prendre de la hauteur»
Enfin, tout en remerciant la population pour le réconfort moral, il a exhorté celle-ci à être unie et solidaire.

Pascal Azad DOKO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

21 janvier 2021 8 h 38 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (94 194)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 295)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 696)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 562
  • 1 706
  • 75 300
  • 16 janvier 2021
ut vel, venenatis, ut Praesent diam Donec leo. sit