Sélectionner une page

MONDIAL 2022 : Arbitres congolais ignorés par la FIFA

Il n’y aura pas d’arbitres congolais à la prochaine Coupe du monde de football qui aura lieu du 11 novembre au 12 décembre 2022. C’est le contraire qui aurait surpris!
La commission d’arbitrage de la Fédération internationale de football association (Fifa) a rendu publique dimanche 2 août dernier la liste des 54 arbitres centraux présélectionnés pour officier les rencontres du Mondial 2022.
Le football européen, avec 17 arbitres retenus provisoirement, se taille la part du lion. La Confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) se positionne au second rang avec 12 arbitres. La Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), arrive en troisième position, avec 8 arbitres. La Confédération africaine de football (CAF), avec 6 arbitres, est devant la Confédération de football d’Océanie (OFC) qui ferme le peloton avec 3 arbitres.
Des six arbitres africains retenus, on note la présence de l’Éthiopien Bamlak Tessema, du Congolais (de la République démocratique) Jean-Jacques Ngamba Ndola, du Sénégalais Maguette N’diaye, de l’Égyptien Amin Omar Mohamed, du Marocain Redouane Jiyed et de l’Algérien Mustapha Ghorbal.
Et comme il fallait s’y attendre, aucun arbitre congolais ne figure sur cette liste. Tout comme lors des précédentes éditions. L’arbitrage congolais, on le sait, traverse une zone de turbulences sans précédent. Depuis belle lurette aucun officiel n’émerge. La relève peine à suivre, la corruption gangrène le milieu. Pis, entre précarité et manque d’ambitions, les arbitres congolais, qui tirent le diable par la queue, ont l’impression d’être des laissés-pour-compte.

Jean ZENGABIO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

21 janvier 2021 9 h 04 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (94 211)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 299)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 698)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 606
  • 1 706
  • 75 344
  • 16 janvier 2021
Praesent dictum commodo pulvinar porta. Curabitur consectetur in risus. mattis