Sélectionner une page

Médecine : Transformer qualitativement l’enseignant-chercheur pour les défis de demain

Médecine : Transformer qualitativement l’enseignant-chercheur pour les défis de demain

Le comité consultatif interafricain du Conseil africain et malgache pour l’Enseignement supérieur (CAMES) tient du 2 au 11 novembre 2020 à Brazzaville, sa 20e édition du concours d’agrégation de médecine humaine, odontostomatologie, pharmacie, médecine vétérinaire et productions animales. 287 candidats dont 19 Congolais et 112 membres du jury issus de 19 Etats de l’espace CAMES participent à cet événement.

C’est le ministre d’Etat Henri Djombo, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, représentant Clément Mouamba, le premier ministre chef du Gouvernement, qui a ouvert les travaux. En présence de Bertrand Mbatchi, secrétaire général du CAMES, de quelques membres du Gouvernement et de Jean Rosaire Ibara, recteur de l’Université Marien Ngouabi, président du comité technique d’organisation du concours.
L’organisation d’un tel concours vise comme l’ensemble des programmes du CAMES «à une transformation progressive et qualitative de l’enseignant-chercheur, du chercheur, pour les rendre aptes à relever efficacement les différents défis auxquels la société est confrontée», a dit Bertrand Mbatchi, en renouvelant sa gratitude aux autorités congolaises pour leur implication dans la tenue de ce concours.
Le secrétaire général du CAMES a en outre rappelé les différentes étapes du concours structurées en trois épreuves dont le passage est tributaire d’une note supérieure ou égale à 12/20. Il s’agit de: l’épreuve de présentation des travaux pour amener le candidat à faire connaître son expertise et sa capacité de rayonnement dans la société tout comme son attractivité intellectuelle; l’épreuve de la leçon, pour qu’il exprime son potentiel pédagogique autour d’une problématique tirée au choix dans son domaine de compétence scientifique; l’épreuve pratique pour les médecin ou vétérinaires, pour qu’ils démontrent leur compétence professionnelle ou encore pour les fondamentalistes dans le contexte de laboratoire.
Bertrand Mbatchi a exhorté les candidats à «ne pas perdre confiance en eux, et à ne point considérer les membres des jurys comme des bourreaux, mais comme des maitres de leur discipline qui ne veulent qu’évaluer leur potentiel intrinsèque, selon le référentiel robuste du CAMES».
Le président du comité d’organisation a, quant à lui, invité les candidats à être de bons enseignants pour participer pleinement au développement des Etat membres, en particulier et de l’Afrique, en général.
Ouvrant les travaux, le ministre d’Etat Djombo s’est réjoui du choix porté sur le Congo pour l’organisation de ce 20e concours et le troisième en terre congolaise, dans les domaines sus mentionnés, après ceux de 1984 et de 2008. Rassurant les organisateurs du soutien du Gouvernement, Henri Djombo a appelé l’ensemble des acteurs du concours à travailler au rayonnement de l’Enseignement supérieur africain.
Prélude à la tenue de ce concours, le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, s’est entretenu vendredi 30 octobre dernier à Brazzaville avec Bertrand Mbatchi, pour s’imprégner de l’organisation du concours. Il était question de faire le point au ministre de l’ensemble des paramètres qui participent à l’organisation de cet évènement.
Pour rappel, l’idée de la création du CAMES est née en 1974.

Marcellin MOUZITA M.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 novembre 2020 2 h 39 min

Editorial

Protestants en marche

Au bout d’un synode, une assemblée plénière des dirigeants et de ce que l’on qualifiera de forces vives, l’Eglise évangélique du Congo, EEC, a fini par refaire son unité. Pendant quatre jours, à la paroisse de Makélékélé Matour de Brazzaville, nos sœurs et frères protestants ont lavé leur linge sale en famille, passé en revue les écueils à une annonce fluide de la Parole du Salut, tracé les lignes d’un futur rempli de moins de scories.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (47 164)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (21 036)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (17 621)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 143
  • 2 262
  • 53 160
  • 18 novembre 2020
Aliquam at felis facilisis ante. mattis adipiscing elit. id quis dolor venenatis