Sélectionner une page

MALI : La CEDEAO exige une transition civile

MALI : La CEDEAO exige une transition civile

Destitué récemment par l’armée, le coup de force perpétré contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) ouvre la voie à la mise en place d’une transition qui débouchera sur l’organisation des élections générales dans au Mali. Pour relancer la démocratie. Le plan de l’armée selon lequel elle souhaite diriger cette transition pour une durée de trois ans, au moins, ne fait qu’attiser la colère de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui n’a pas digéré le renversement de l’ex-Président.

La conférence de la CEDEAO qui s’est tenue vendredi 28 août dernier par visioconférence exige une transition de 12 mois au lieu de 36 mois, dirigé par des personnalités civiles. Ce sommet des chefs d’Etat de cette sous-région s’est ouvert sous les mauvais auspices du côté de la junte au Mali. Les préoccupations relatives à la libération de l’ex-Président IBK, ainsi que celle de sa restauration ont été résolues. D’autan que ce dernier ne souhaite pas revenir aux affaires, selon ses propres déclarations. Mais il n’en est pas pareil pour «le retour à l’ordre constitutionnel qui suppose le retour des militaires dans leur caserne», selon Mahamadou Issoufou, Président du Niger, président en exercice de la CEDEAO.
La visioconférence tenue à l’issue de la médiation de l’organisation sous-régionale de trois jours à Bamako, conforte les spéculations de ces derniers jours sur l’intransigeance de l’organisation face aux putschistes.
Si les chefs d’Etat ont lâché du lest pour ce qui est du retour aux affaires de leur homologue IBK, ils sont plutôt inflexibles sur la transition et sa durée. Les chefs d’Etat ont recommandé aux militaires au pouvoir de nommer une personnalité civile qui mènera cette transition, ainsi qu’un premier ministre civil, car «aucune structure militaire ne devrait être au-dessus du président de de transition», a fait savoir un communiqué officiel.

Gaule D’AMBERT

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 04: 10

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 038)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 827)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 914)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 36
  • 22 094
  • 1 795
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
dolor. consequat. amet, quis facilisis venenatis et, Sed in venenatis, massa porta.