Sélectionner une page

Lutte contre la précarité : Promouvoir l’autonomisation des personnes vulnérables

Lutte contre la précarité : Promouvoir l’autonomisation des personnes vulnérables

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a donné le coup d’envoi du projet Telema le 23 janvier dernier, à Brazzaville. Le projet Telema, traduit en français par «Debout ou lève-toi», vise à restructurer le travail social et faire émerger une nouvelle approche pour accompagner les populations concernées vers une autonomisation durable.

C’est un projet pilote d’appui à l’inclusion productive des populations vulnérables au Congo, financé par l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 6,5 milliards de F.CFA et exécuté par le ministère des Affaires sociales. Pour Antoinette Dinga-Dzondo, ce projet est à la fois un encouragement confiant à se prendre en charge et un cheminement avec les personnes qui, dans la société congolaise, sont dans des situations de fragilité ou de vulnérabilité dont certaines de manière prolongée.
Les actions du projet se fondent sur trois composantes: élaborer et mettre en œuvre, à une échelle pilote, un ensemble de dispositifs d’accompagnement des populations vulnérables vers l’inclusion sociale et économique durable; renforcer les capacités d’intervention et de pilotage de la direction générale de l’action sociale et consolider un système national d’information fiable sur l’action sociale. Il permettra de développer les compétences des professionnels constituant un socle d’une action sociale efficace. Près d’un millier de personnes en situation de fragilité seront ainsi accompagnés entre 2020 et 2024 dans leurs projets d’intégration sociale et économique, par un personnel formé et équipé.
Les personnes vulnérables que le projet se propose d’accompagner ont besoin, comme tant d’autres, a déclaré la ministre des affaires sociales, d’avoir des modèles à suivre. Ainsi, le projet ambitionne de constituer un réseau comptant au moins 3.000 parrains bénévoles, qu’ils soient dans la zone d’exécution du projet ou non. «Je me réjouis du fait que de nombreuses personnalités ont adhéré à cette idée de parrainage. Si ce jour est consacré au lancement officiel, cela signifie que dans les faits il avait déjà démarré sur une échelle démonstrative à Brazzaville et ses environs, à travers deux activités: d’un côté la formation de quatre mois au profit du groupement des femmes d’Igné et de l’autre, la formation des travailleurs sociaux à cette problématique innovante à l’Institut national des travailleurs sociaux», a fait savoir la ministre des Affaires sociales.
Elle a par ailleurs remercié les partenaires clés (l’Agence française de développement et l’Expertise France) pour leur appui dans cette nouvelle phase de reconceptualisation de l’intervention sociale au Congo.
Le projet Telema entend atteindre au moins 2.000 personnes. Il cible trois groupes de populations: les jeunes de 16 à 29 ans employables ou en capacité de poursuivre une formation, en vue de l’insertion professionnelle et sociale; les adultes vulnérables employables (30 à 59 ans); les personnes en situation de vulnérabilité et d’autres publics disposant de la capacité à être employables ou capables de poursuivre une formation.
Dans un premier temps, trois départements: Pointe-Noire, le Pool (Ignié, Kintélé, Kinkala et Goma Tsé-Tsé) et Brazzaville, y compris le district de l’île Mbamou, sont concernés.
L’ambassadeur de France au Congo François Barateau, satisfait de la mise sur pied de Telema, a souligné que les questions relatives à l’action sociale sont au cœur des priorités de la France, avant de peindre la situation de protection sociale au Congo. Le chômage et le sous-emploi touchent 33% des jeunes entre 16 et 29 ans. Les personnes handicapées cumulent les difficultés et sont particulièrement vulnérables concernant la scolarisation, l’accès à l’emploi et la participation à l’action sociale.
Pour éviter toute confusion étant donné que Telema et Lisungi sont deux des projets sous tutelle du ministère des Affaires sociales, des mécanismes de coordination seront mis en place avec d’autres partenaires aux objectifs proches pour permettre de mieux identifier et orienter les demandeurs d’aide. Des articulations sont prévues entre les deux afin que certains bénéficiaires de Lisungi, dans sa dimension de développement d’activités génératrices de revenus, puissent bénéficier des accompagnements du projet Telema.

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 2 h 12 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 524)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 241)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 059)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 63
  • 43 215
  • 5 646
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
ut venenatis id, adipiscing ipsum risus Nullam ut