Sélectionner une page

LU POUR VOUS : «Une vie de chien au Labrador» de Gandard Yindoula

LU POUR VOUS : «Une vie de chien au Labrador» de Gandard Yindoula

‘’Une vie de chien au Labrador’’ est le premier roman de Gandard Yindoula. Edité par l’Harmattan-Congo en 2013, ce récit de cent soixante neuf pages se présente comme une autopsie des pratiques nauséeuses qui freinent le mieux-être dans la plupart des sociétés africaines postcoloniales. Ce roman est une somme de récits dans un seul récit, voire des scénarii portant sur une même trame, sous forme de nouvelles en lambeaux, proche du style narratif de Tchichelle Tchivela dans «Les fleurs de lantana».
«Au Labrador, pays imaginaire, dans les transports en commun, se rencontrent, au grand hasard, des hommes insolites: ceux qui parlent et ceux qui écoutent, ceux qui attendent et ceux qui agissent. (…) Toute la société est remuée dans ses coins et recoins, toute la société est soumise à l’examen impitoyable de la maïeutique: pourquoi tel travers, et pourquoi tel autre? Ainsi commence donc le torrent des grands changements des horizons meilleurs», lit-on à quatrième de couverture.
La lecture du roman laisse transparaître un écrit fort engagé, avec des sous-parties ayant comme titres, «La sécurité sociale», «Les devoirs d’un responsable», «Première pension, attente, éternité», «Nos actes qui tuent», «Les témoins ont des devoirs», etc. Qu’on a l’impression de lire le romancier français Emile Zola ou le camerounais Mongo Béti par un réalisme saisissant dans la description de l’insolite.
L’auteur, comme dans une série télévisée, enchaîne des épisodes invraisemblables pouvant arracher au lecteur, à la fois, quelques bouffées de rire ou de chagrin. Tant l’intrigue caresse une ironie subtile, qu’elle embrasse un drame affreux. Cette fresque multicolore devient comme un antivirus qui démasque et met en quarantaine les antivaleurs pouvant même corrompre les consciences les plus intègres.
Les déboires des retraités, les bavures policières, le manque de professionnalisme dans les hôpitaux, les techniques de dilapidation des fonds publics, les pénuries d’eau et de carburant, la conduite libertine de certaines autorités…Voilà autant de maux qui sont dénoncés dans ce roman.
De l’autre côté, les morceaux musicaux de CEPAKOS ou de Casimir Zoba (Zao) évoqués de passage, quelques congolismes et d’autres évocations toponymiques dénotent une certaine configuration de la patrie de l’écrivain.
Par ailleurs, il va sans dire qu’’’Une vie de chien au Labrador’’ recouvre une grande richesse lexicale et anthropologique. Ce roman croustillant, écrit dans un français châtié avec quelques tournures narratives atypiques et émotives, serait recommandable à partir du lycée.

Aubin BANZOUZI
(Source : adiac-congo.com/Les Dépêches du Bassin du Congo)

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

30 octobre 2020 20 h 18 min

Editorial

LE CHU, UN VAUDEVILLE !

Il y a littéralement du vaudeville dans ce qui se passe de jour en jour au CHU. Notre plus grand hôpital est présenté comme le miroir de ce que nous pouvons faire de mieux au service de la santé au Congo depuis Brazzaville. Malheureusement il est aussi, résolument, le condensé de nos médiocrités les plus absurdes. Ou peut-être la préfiguration du Congo qui sera. Musèlements, insultes, décisions prises un lundi et contredites le mardi, personnel pérorant au nom d’un meilleur service mais donnant l’impression de vouloir n’en faire qu’à sa tête.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 253)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 202)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (12 780)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 962
    • 45 199
    • 5 536
    • 1 225
    • 4
    • 11
    • 1
    • 25 octobre 2020
    elit. et, suscipit pulvinar id risus felis ut amet, quis mi,