Sélectionner une page

Lu pour vous : «Paulin Poucouta le service de la Parole de Dieu: Entretiens avec Hermann-Habib Kibangou»

Lu pour vous : «Paulin Poucouta le service de la Parole de Dieu: Entretiens avec Hermann-Habib Kibangou»

Ouvrage biographique de 168 pages sur l’abbé Paulin Poucouta, éminent bibliste et théologien, présenté sous forme d’interview par le père jésuite Hermann-Habib Kibangou. «Paulin Poucouta le service de la Parole de Dieu» publié aux éditions Paulines à Abidjan, a bénéficié de la préface de Monseigneur Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, et de la postface du professeur Leonard Santedi Kinkupu, recteur de l’université catholique du Congo à Kinshasa.

Un sage qui ferme l’œil, sans laisser son message, condamne la postérité à un effort exaltant certes, mais combien exténuant, de perpétuels départs à zéro! On s’use à combler des vides irréparables,» ces mots servant d’épigraphe révèlent à priori le style testamentaire de ce livre qui se situe comme un dialogue entre deux pasteurs africains, congolais en l’occurrence, de génération différente. Le cadet interrogeant l’aîné pour lui soutirer un message en vue de la postérité.
Prêtre du diocèse de Pointe-Noire depuis le 9 juillet 1978, l’abbé Paulin Poucouta est en Afrique, ce que représente le professeur Théophile Obénga dans le monde intellectuel profane. Professeur de théologie biblique et d’histoire de religions dans plusieurs universités chrétiennes en Afrique et en Europe, il est aussi un auteur prolixe ayant à son actif plus d’une cinquantaine de publications.
A travers un questionnaire ouvert, Hermann-Habib Kibangou, un autre prêtre écrivain, a voulu que Paulin Poucouta se raconte lui-même et partage son point de vue sur des questions brûlantes sur l’Afrique et le monde. Le livre traite des thématiques de tout ordre, relatives à la foi, aux sciences religieuses et humaines, et aux réalités socioculturelles actuelles.
Celui qui rêvait, dans sa tendre enfance, de devenir journaliste, avocat ou médecin a été happé par la providence pour diriger les âmes au salut. Un salut qui intègre toutes les dimensions de la vie de l’homme, tant dans le cadre historique qu’intemporel. Quarante ans d’exercice pastoral révolus, l’homme continue de vivre le sacerdoce comme service de Dieu à l’humanité en essayant de concilier la foi et la raison, marqué par des personnalités comme le cardinal Joseph Malula et Alioune Diop.
Pour Paulin Poucouta, «le prêtre est essentiellement un conciliateur. (…) Il est source de réconciliation dans les communautés, les familles et la société» p.36. Aussi préconise-t-il que les Africains puissent se fédérer pour mieux surmonter les écueils et crises multiformes du continent en combattant les clivages identitaires et les égoïsmes entre nations africaines.
«Le théologien et l’homme de foi que je suis, affirme-t-il, rêve du jour où l’on circulera à l’intérieur du continent africain sans visa ni autorisation d’entrée ou de sortie. Je rêve de même d’une monnaie commune africaine, qui pourrait s’appeler AFRICA» p.108.
Interrogé au sujet de ses goûts culturels et artistiques, l’abbé Paulin se passionne davantage à la lecture, la musique et la peinture. Il affectionne notamment les fresques des artistes de la mythique Ecole de Peinture de Poto-Poto, située à Moungali, le quatrième arrondissement de Brazzaville.
Et membre de plusieurs associations scientifiques internationales, il s’intéresse tout particulièrement aux lectures de la Bible dans le contexte d’Afrique d’aujourd’hui et à l’inter-culturalité dans un monde post-globalisé.

Aubin BANZOUZI

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 79 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 79 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

30 octobre 2020 20 h 57 min

Editorial

LE CHU, UN VAUDEVILLE !

Il y a littéralement du vaudeville dans ce qui se passe de jour en jour au CHU. Notre plus grand hôpital est présenté comme le miroir de ce que nous pouvons faire de mieux au service de la santé au Congo depuis Brazzaville. Malheureusement il est aussi, résolument, le condensé de nos médiocrités les plus absurdes. Ou peut-être la préfiguration du Congo qui sera. Musèlements, insultes, décisions prises un lundi et contredites le mardi, personnel pérorant au nom d’un meilleur service mais donnant l’impression de vouloir n’en faire qu’à sa tête.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 259)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 203)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (12 783)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 988
    • 45 225
    • 5 539
    • 1 225
    • 4
    • 11
    • 1
    • 25 octobre 2020
    id dapibus mi, tristique facilisis in lectus