Sélectionner une page

LITTÉRATURE : «Cahier d’un retour au pays natal» d’Aimé Césaire à l’honneur

LITTÉRATURE : «Cahier d’un retour au pays natal» d’Aimé Césaire à l’honneur

A travers un sujet portant sur «la question du retour dans Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire et L’énigme du retour de Dany Laferrière», Laurent Malanda, dit Huppert Malanda, a soutenu vendredi 27 août dernier au CNEUF de Brazzaville, par visioconférence, un mémoire de master ès lettres de l’Université de Maroua située au Nord du Cameroun. Fasciné par l’œuvre poétique de l’écrivain martiniquais publiée en 1939 et rééditée en 1947, Laurent Malanda a voulu, par l’entremise de ce mémoire, rendre un vibrant hommage à Aimé Césaire qu’il estime être son « idole ». L’impétrant a obtenu la note de 15 sur 20, mention bien et le jury l’a déclaré apte à poursuivre ses recherches dans le cadre de l’obtention d’une thèse de doctorat en littérature.

Dans son mémoire, l’auteur scrute sous le prisme de l’approche comparatiste et thématique, le déploiement du thème du retour en rapport avec l’espace et la réappropriation de la mémoire. L’idée du retour telle qu’elle se décline dans l’imaginaire de ces deux écrivains est, selon le récipiendaire, consubstantielle à l’idée du départ ou de l’exil. Elle suppose un retour aux sources, donc au pays natal qui acquiert en ce moment une dimension mythique.
Dans le cadre d’une étude comparative de l’idée du retour entre Césaire et Laferrière, Huppert Malanda entend le retour comme le fait de revenir à son lieu habituel, à sa terre natale, avec tout ce que cela évoque, de souvenirs, de liens ontologiques et de perspectives mythiques ou mythologiques.
Il a démontré que Césaire la martiniquais et Laferrière l’haïtien ont en commun le fait d’avoir connu très tôt l’expérience de la séparation ou de l’arrachement au pays natal. A tel point que la tentation du retour s’appréhende chez eux comme un impératif vital. Ainsi, le retour se donne à comprendre non seulement comme le lieu et le moment d’une réconciliation avec la terre natale, mais aussi et surtout une réconciliation avec soi-même.
Le cheminement épistémologique de l’impétrant s’est construit autour des questions ci-après : le retour se conçoit-il comme processus de rédemption? quelles sont les valeurs symboliques et idéologiques attribuées au lieu mythique rêvé que représente la terre natale ? le postulat qui fonde les analyses d’Huppert Malanda réside dans le fait que la question du retour Chez Césaire et chez Laferrière s’ancre dans une logique de quête des sources et des origines.
Chez Césaire, le retour est compris comme une totale adhésion à la mémoire et à l’histoire. Il s’inscrit dans une quête identitaire qui se définit comme un chant de fidélité aux valeurs ancestrales africaines. La Martinique, lieu de prédilection du retour, se décrit comme une porte d’entrée du poète vers l’humanisme fondamental.
Dany Laferrière, pour sa part, conçoit le retour tantôt comme une représentation fictionnelle qui permet la création d’un lien polyphonique entre l’imaginaire de l’auteur et sa terre natale, tantôt il fait émerger le rêve de l’impossible retour de l’écrivain en exil.
In fine, la dématérialisation de l’Université de Maroua au Nord-Cameroun, grâce à l’agence universitaire de la francophonie, est une véritable alternative qui a rendu possible cette soutenance, plutôt que d’attendre l’amélioration de la situation sanitaire de Covid-19 dont l’issue reste incertaine. De plus, la présentielle aurait exigé un effort financier supplémentaire.

Marcellin
MOUZITA M.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 05: 22

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 053)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 847)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 919)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 49
  • 22 107
  • 1 799
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
risus. leo mattis Aenean ante. quis, venenatis, neque. Phasellus vel, facilisis mi,