Sélectionner une page

Libye

Vue du Congo, la Libye paraît bien lointaine. Et sa situation est inextricable, au point qu’il n’y a pas un seul aspect de l’évolution de ces dernières heures qui donne satisfaction même au plus panafricaniste des Congolais. Ce pays est en guerre contre lui-même. Sa division est actée par l’existence de deux parlements, de deux gouvernements, de deux (ou plus) armées et de deux leaders antagonistes, dont l’un qui est «reconnu» par la Communauté internationale.
Vue d’ici, la Libye est bien un problème diplomatique, bien plus qu’une opportunité de solidarités africaines agissantes. Depuis l’assassinat de Mouammar Kadhafi, les apparences ne nous donnent plus à voir ce volontarisme africain que «le Guide» y incarnait. Au contraire, des centaines d’Africains croupissent dans ses geôles aujourd’hui, nombreux autres y ont été tués ou en ont été expulsés. Ceux qui y survivent sont pris entre le marteau de la ségrégation et l’enclume du rejet européen vers la mer où ils se noient en masse.
Qui plus est : beaucoup d’intervenants étrangers, dont ceux-là même qui avaient ignoré la voix de l’Afrique quand elle prévenait, en 2011, de ne pas donner le coup de pied fatal dans une fourmilière aux déflagrations incontrôlables, jouent aujourd’hui aux pompiers savants. Ils réclament une solution politique là où hier il n’était question que de venger des orgueils piétinés, de renvoyer au loin et pour toujours de trop ostentatoires et arrogantes tentes de bédouins. Les intervenants sur la crise libyenne sont devenus nombreux : pas sûr que le mot paix ait chez tous le même sens.
C’est pourquoi, au milieu de cette cacophonie, où l’hypocrisie a face de générosité, la démarche de la diplomatie congolaise a le mérite d’exister. Entre les grandes puissances, hier antagonistes et aujourd’hui pas davantage alliées de cœur sur le terrain libyen, la diplomatie congolaise s’emploie à dire au monde et à l’Afrique que la Libye est un pays africain de plus qui sombre. Elle organise assez régulièrement à Brazzaville des rencontres, parfois boudées par l’une ou l‘autre des parties, qui représentent la réaffirmation que l’Union Africaine a son mot à dire.
Naturellement, tout cela est pure perte de temps et d’argent pour le compatriote qui a dormi hier sans rien dans le ventre. Ou qui se demande si l’enfant de famille dont on est sans nouvelle n’est pas détenu ou enterré depuis quelque part dans cette Libye à sauver. Que ses interrogations soient légitimes est incontestable. Mais dans une crise comme celle de la Libye, l’éloignement n’est pas une affaire de kilomètres ni de moyens ou d’affinités. Car c’est quand la Libye, véritable case de Birama de nos contes, apparaîtra comme éloignée du Congo que les effets de son déchirement se feront plus proches de nous.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 259 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 259 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 janvier 2021 12 h 25 min

Editorial

Des élections en Afrique Centrale

En Centrafrique, la victoire du Président Faustin Archange Touadéra a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Avec un peu plus de 53% de voix, mais sur seulement 35% des ayants-droit au vote, cette victoire a été entérinée par la communauté internationale. Certains des opposants -une première en Afrique Centrale – se sont même inclinés devant le vainqueur.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (99 949)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (41 436)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (28 567)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 981
  • 4 815
  • 80 839
  • 22 janvier 2021
justo elit. sem, dolor accumsan adipiscing nunc libero suscipit