Sélectionner une page

LibreS propos : Plaidoyer pour la protection et la restauration du patrimoine architectural

LibreS propos : Plaidoyer pour la protection et la restauration du patrimoine architectural

Il faut sauver le patrimoine architectural de nos villes par nécessité d’une connaissance complémentaire de l’histoire de nos pays. On aurait dû continuer à humer l’air des vieux manguiers et bois de fer qui longeaient les rues des centres- villes de nos pays, mais rares sont les vestiges qui nous raconteraient simplement, et peut être par des silences, l’histoire de nos pays.

C’est cet ensemble qui explique, sans doute, en partie les noms évocateurs de nos capitales: Bangui, la Coquette; Brazza, la Verte.
Toutes nos Capitales ont un patrimoine culturel immobilier varié et riche et qui témoigne de leur histoire: style, matériaux…
Le patrimoine architectural multiforme est de plus en plus détruit, voire purement rasé au profit d’immeubles en béton et en verre qui n’ont pas d’histoire. Il y a une nécessité urgente à protéger ce patrimoine dans le sens du développement durable et donc pour les générations futures car avec la dégradation et la disparition de ce patrimoine, c’est une partie de l’histoire du pays qui sera oubliée. En réalité, et c’est notre plaidoyer, le patrimoine architectural de nos capitales et villes est une source de documentation pour la mémoire et l’histoire de nos pays.
Mais pour protéger ce patrimoine, voire l’aimer, il faut le connaître. Or nous ne le connaissons pas ou encore nous le connaissons si mal qu’il est difficile d’avoir des yeux pour souffrir de sa dégradation et de s’engager en faveur de sa protection et de sa restauration. C’est ainsi que ce patrimoine architectural qui fait partie de nos identités disparaît sous nos yeux et avec lui une bonne partie de l’histoire de nos capitales et de nos pays.
Que faire? Que faut-il faire?
Il existe quasiment dans tous nos pays des lois sur le patrimoine. Dans les Constitutions de la plupart de nos pays, on trouve des dispositions relatives à la protection et la sauvegarde du patrimoine, mais qui les
connaît réellement et qui les respectent et les fait respecter? J’ai souvent entendu dire que l’on casse, on rase les vieilles bâtisses pour faire des bâtiments neufs plus modernes. Mais on oublie l’histoire de ces vestiges et surtout le lien avec l’identité nationale. L’éducation au patrimoine dans les cursus scolaires se révèle indispensable si nous voulons, espérons que l’adulte de demain ait une certaine sensibilité pour le patrimoine architectural autour de lui et qu’il sache le protéger. Il ne s’agit pas de protéger pour protéger, mais le faire dans le sens de la contribution à une meilleure connaissance de l’histoire de nos villes et de nos pays. Ainsi formulé et articulé, la protection du patrimoine architectural a un sens et peut être défendu par le plus grand nombre et pas seulement par les spécialistes de la culture et du patrimoine et du tourisme.
Il faut également prêcher par l’exemple. Le patrimoine architectural, parce que élément constitutif de l’histoire et de l’identité nationale, doit être défendu et nul n’a le droit de le détruire, de le restaurer à sa guise. Sans doute, la protection et la restauration du patrimoine architectural ont incontestablement un coût, mais celui-ci ne peut justifier l’annihilation d’une partie de l’histoire de tout un pays.
Des parcours à pied dans nos centres-villes s’imposent avec des guides pour découvrir ce patrimoine architectural largement méconnu. D’autres initiatives peuvent être également prises dans le cadre des écoles avec des «visites découvertes». Il est urgent de comprendre et surtout de faire comprendre les véritables enjeux de la protection du patrimoine architectural de nos villes pour l’histoire de nos pays.
Sauvons tous ensemble le patrimoine architectural de nos pays, pour une meilleure connaissance de notre propre histoire.

Christian NDOMBI
Chef du secteur Culture au Bureau régional de l’UNESCO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

23 octobre 2020 0 h 50 min

Editorial

PROCHES DE DIEU, PROCHES DES HOMMES

Nos Evêques viennent de boucler leur 49è assemblé plénière. Pendant une semaine, à Brazzaville, ils ont réfléchi à un thème qui mériterait d’autres sessions de travail, d’autres analyses, d’autres recherches: la formation du futur prêtre. Une Eglise est ce que ses fidèle sont, mais elle est aussi ce que sont ses prêtres. Elle tient par la solidité de leur fidélité à la Parole, par la solidité de leurs connaissances de sacerdotes au service de l’Homme.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (28 418)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (14 610)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (11 084)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 34
    • 41 616
    • 4 707
    • 1 195
    • 4
    • 11
    • 1
    • 21 octobre 2020