Sélectionner une page

LES 68 ANS DE LA SEMAINE AFRICAINE : De lectrice à journaliste, le témoignage d’une jeune journaliste

LES 68 ANS DE LA SEMAINE AFRICAINE : De lectrice à journaliste, le témoignage d’une jeune journaliste

Mon premier réel contact avec le journal La Semaine Africaine remonte à mon premier stage dans ce journal, en 2016. Auparavant, je lisais de temps en temps les numéros qu’il m’arrivait de trouver à l’école ou chez des parents. En 2016, l’ENMA (Ecole nationale moyenne d’administration) décide d’envoyer un groupe d’étudiants en stage dans ce journal. Ce fut un contact éblouissant, qui me fit prendre la résolution de devenir journaliste à La Semaine Africaine.

Emotion du premier jour dans la salle de rédaction, premiers contacts avec la presse écrite. Le journal m’a façonnée en écriture journalistique. Et je garde vivace dans ma mémoire le souvenir de ces premiers contacts ; l’animation de la salle de rédaction, la pression montante au fur et à mesure qu’approchait l’heure du bouclage….
En lisant les premiers journaux pour me familiariser avec le journal, je suis tombée sur un article de sport de 2008 (N° 2810, mardi 22 juillet 2008, page 9), portant sur la demi-finale de la Coupe du Congo. C’est le titre qui m’avait attiré; un de ces titres qui invitent à lire la suite et à en savoir un peu plus sur le football congolais, domaine généralement délaissé par les filles: «Pour qui sonne le glas?» L’article était rédigé par le journaliste Guy-Saturnin Mahoungou…
Avec mon acclimatation, je pris goût à la lecture de la rubrique Culture: les articles y étaient rédigés de manière simple; la plume de Carrhol Véran Yanga m’aidait à approfondir ma propre manière d’écrire.
Dans les plus vieux journaux encore, il m’est arrivée de trouver plaisir à lire les textes d’un ancien journaliste qui deviendra directeur de la publication, Albert Mianzoukouta. Mais, j’avoue que certains textes, je les lisais avec le dictionnaire à côté, tout en me promettant de savoir un jour avoir aussi mon style caractéristique.
Avec le 68ème anniversaire de La Semaine Africaine, ce sont des souvenirs du passé qui remontent et qui s’ajoutent à ceux d’aujourd’hui, toujours dans le bon sens.

Madocie Déogratias
MONGO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

24 septembre 2020, 09: 58

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (21 743)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 564)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 726)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 336
  • 21 424
  • 1 708
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
Aenean felis et, suscipit tristique Praesent id Lorem