Sélectionner une page

Le viaduc de tous les symboles

Toutes les autorités promettent: le viaduc du bord du fleuve sera reconstruit. Peu importe que cette promesse soit ou non nourrie par une réelle volonté de mieux faire. Peu importe que dans les prochains mois, les prochaines années, un ouvrage à l’identique redresse notre fierté mutilée. Peu importe que nous nous donnions les moyens de reconstruire.
Parce que rebâtir ce qui s’est écroulé est bien le minimum que nous puissions faire. Nous n’allons certainement pas nous infliger à vie le spectacle d’un orgueil national effondré ? Nous contenter de montrer à nos enfants qui s’habituaient là aux plaisirs de la promenade, de la marche, de l’équitation en disant : «tu vois, ce trou béant était le plus bel ouvrage de Brazzaville !»
Le viaduc, tel une bête blessée au ventre, gémit sous nos regards indignés. Il devrait être l’occasion des interrogations: celles qu’on se pose et les autres qu’on n’ose formuler. Pas même trois ans, et le voilà à terre? A qui la faute principale? Comment répartir les responsabilités? De quelle manière décliner les alliances contractuelles futures? Quid du reste de l’ouvrage et des autres ouvrages tout aussi prestigieux?
Dans la rue, les questions et les réponses foisonnent. Les soupçons de prébendes et de détournements ayant allégé les sommes d’argent et ayant abouti à un travail léger ne sont pas les moins avancés. Notre rue sait se donner les réponses aux questions silencieuses: les réseaux sociaux savent ajouter du piment et tourner le couteau dans nos plaies. Il n’empêche, un viaduc sur le flanc est un spectacle qui ne se prévoit pas au bout de pas même quatre ans de sa construction!
Il était le symbole de l’indépendance souveraine à diversifier nos partenariats, il sera demain le point de départ de suspicions, y compris sur le reste. A quel point les autres ouvrages dans nos villes, les immeubles, les ponts et les routes sont-ils fiables? Et plus généralement : que changer dans le mode de distribution des marchés de l’Etat pour que la garantie soit, justement, garantie?
Il y a dans Brazzaville d’autres trous béants. Il y a sur nos routes, du sud au nord, du sud à l’ouest des difficultés de circulation qui appellent une expertise aguerrie. Serons-nous contraints aux mêmes précarités? A nous résigner à recevoir des ouvrages rutilants mais vermoulus? La responsabilité des décideurs est assurément engagée, mais notre propre vigilance aussi.
On rappellera volontiers que pour aboutir à un tel désastre impressionnant, il y a eu une longue file de négligences, de laisser-aller. C’est l’occasion de nous souvenir que les accotements de ces routes doivent être dégagés. Les maraîchers qui réoccupent les bas-fonds de nos viaducs, nous préparent avec insouciance d’autres lendemains de douleur. Les pluies qui rongent nos villes n’ont que faire de notre souci d’alimentation. Elles tombent, elles se fraient les passages que nous leur offrons et : bonjour les dégâts !

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 259 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 259 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 janvier 2021 12 h 27 min

Editorial

Des élections en Afrique Centrale

En Centrafrique, la victoire du Président Faustin Archange Touadéra a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Avec un peu plus de 53% de voix, mais sur seulement 35% des ayants-droit au vote, cette victoire a été entérinée par la communauté internationale. Certains des opposants -une première en Afrique Centrale – se sont même inclinés devant le vainqueur.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (99 949)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (41 436)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (28 567)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 5
  • 987
  • 4 815
  • 80 845
  • 22 janvier 2021
vulputate, justo dolor. commodo mattis felis facilisis libero nec