Sélectionner une page

Le 4000è !

Le numéro que vous tenez entre les mains est historique. Il est le 4000è, véhicule d’une histoire africaine, régionale ou nationale dont nous avons rendu compte avec régularité. La semaine dernière, nous vous annoncions que ce journal venait d’accomplir, le 4 septembre, ses 68 ans. Une occasion de rendre gloire à Dieu, de dire merci aux missionnaires spiritains qui nous ont fondés et à toutes ces mains qui l’ont confectionné depuis 1952.
Le hasard fait que c’est en cette 68è année que nous bouclons ce 4000e numéro. Le chiffre 4000 est impersonnel comme tous les chiffres. Si nous ne l’habillons pas de tout ce qui fait sens, Il ne parle pas de lui-même pour rendre compte de l’abnégation qu’il a fallu pour créer et faire vivre, au cœur de l’Afrique, un instrument de liaison de son élite. De la témérité à vouloir se maintenir dans un continent qui affirmait ses légitimes ambitions à la souveraineté et au refus de toute dépendance.
Un journal qui a parfois ramé à contre-courant dans ce pays où une intelligentsia sourde à la tolérance menaçait, à l’indépendance de 1960, de transformer les églises en salles de cinéma. Et où l’idée même de Dieu était présentée comme opposée à l’affirmation des devoirs citoyens. Un journal à qui rien n’a été épargné: ni la torture et l’emprisonnement de l’Abbé Louis Badila, le premier Directeur congolais; ni l’assassinat du seul cardinal que nous ayons eu. Ni l’expulsion de missionnaires.
L’emprisonnement et l’intimidation de Bernard Mackiza, rédacteur-en-chef, et du jeune journaliste Albert S. Mianzoukouta, ensuite, ne furent que le énième ajout à une longue tresse de ces difficultés qui n’ont pas manqué en 68 ans. Notre anniversaire n’est donc pas un triomphe. Notre N° 4000 n’est pas un aboutissement non plus. Au contraire, ils sont un rappel à affronter le futur. A aborder les défis de la mutation et à entrer de plain-pied dans une ère où le journal papier ne sera peut-être plus en vogue.
Nous sommes conscients de ces enjeux. Nous sommes conscients de l’éclatement de notre électorat du fait d’une offre abondante et polysémique. Nous sommes préparés à aborder ces interpellations avec une équipe de jeunes talents formés, et résolus à affronter les bourrasques à venir. A faire en sorte que d’autres anniversaires nobles se fêtent. A honorer avec fidélité notre rendez-vous avec vous qui nous lisez et qui faites en sorte que, 68 ans durant, La Semaine Africaine, ses plumes de talent, restent parmi vos lectures privilégiées. Merci donc !
Nous ne savons pas de quoi les prochaines 68 années seront faites. Dans tous les cas, nous comptons toujours venir vers vous avec notre message de paix et de fraternité parmi les hommes, de promotion des valeurs et des initiatives qui nous feront avancer ensemble en tant que nation, dans la diversité de nos origines et, depuis toujours, de nos croyances. Nous entendons servir l’homme et porter au loin le message d’amour de l’Eglise. Aidez-nous.

Albert S. MIANZOUKOUTA

A propos de l'auteur

1 commentaire

  1. Barbier

    depuis le 1er septembre je ne reçois plus la semaine africaine

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 05: 13

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 053)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 843)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 919)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 48
  • 22 106
  • 1 798
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
id, Donec elit. libero. felis tempus ipsum elementum venenatis, id