Sélectionner une page

JEUNESSE : Promouvoir la culture du volontariat

JEUNESSE : Promouvoir la culture du volontariat

Le projet de loi portant institution du corps des jeunes volontaires au Congo a été proposé jeudi 24 décembre dernier en visioconférence en Conseil des ministres, par la ministre Destinée Hermella Doukaga, en charge de la Jeunesse et de l’éducation civique. L’institution du corps des jeunes volontaires permettra de garantir l’encadrement des jeunes, leur engagement civique et volontaire, dans les actions de développement; d’améliorer leur employabilité et préparer leur transition vers la vie active par la réalisation des missions d’intérêt général.
Cette loi qui sera présentée ensuite au parlement comblera le vide juridique, en termes de crédibilité face aux partenaires techniques et financiers, et offrira aussi au Congo un véritable positionnement institutionnel, en ce qu’elle permettra de définir le champ d’intervention des activités inhérentes au volontariat, les acteurs, leur rôle dans le champ d’activités du volontariat.
Pour Mme Doukaga, le volontariat est un véritable levier de mobilisation des jeunes pour le développement du pays. Dans le contexte actuel, il va susciter l’éveil de conscience citoyenne des jeunes et améliorer leur employabilité, grâce aux expériences qu’ils vont acquérir lors des missions d’intérêt général. Il est aussi un véritable incubateur des compétences transversales.
Au sortir du Conseil des ministres, la ministre de la Jeunesse a répété devant la presse que le volontariat est une «valeur traditionnelle fondée sur l’engagement personnel, au service de la communauté». En 2001, l’Organisation des Nations Unies définissait le volontariat comme un éventail d’activités prises de plein gré au service de l’intérêt général sans que la rétribution pécuniaire ne soit le principal facteur de motivation. Elle a rappelé que la charte africaine de la jeunesse dès son adoption en 2006, recommandait à la Commission de l’Union africaine et aux Etats membres de développer des politiques de volontariat au niveau régional, national et local. C’est ainsi qu’en 2010 est né à Abuja, au Nigéria, le corps des jeunes volontaires de l’Union africaine en tant qu’initiative continentale en faveur de la formation et de l’engagement des jeunes en Afrique.
Au Congo, le président Denis Sassou Nguesso, dans sa lettre de missions, en 2013, avait inscrit la création d’un corps des jeunes volontaires, comme préoccupation du PND 2012-2016. C’est ainsi que le Congo a tenté en 2015 sa toute première expérience de volontariat au niveau national, dans le secteur de l’éducation. En 2018, il a accueilli la neuvième session de formation du corps des jeunes volontaires de l’Union africaine. Ces retrouvailles ont permis de relancer une autre expérience de mise en œuvre du volontariat au niveau national. C’est dans cette perspective que le ministère de la Jeunesse a conclu en fin 2018, un protocole de partenariat avec France volontaires, pour aider le Congo à redynamiser sa politique de volontariat. En début 2019, une unité de gestion a été mise en place, avec un coordonnateur chargé de l’animation et de la gestion des questions de volontariat au niveau du Congo.
Grâce à ce partenariat en mai 2019, le Congo a réussi à déployer des jeunes volontaires congolais pour des missions d’une durée de 6 mois. Un succès qui a encouragé le ministère de la Jeunesse à pouvoir déployer une deuxième cohorte en 2020. Mais la COVID-19 et l’absence d’un cadre juridique qui pouvait circonscrire le champ d’action du ministère de la Jeunesse dans cette entreprise du volontariat, ont été jusqu’ici un frein.

Marcellin MOUZITA M.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

22 janvier 2021 13 h 07 min

Editorial

Des élections en Afrique Centrale

En Centrafrique, la victoire du Président Faustin Archange Touadéra a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Avec un peu plus de 53% de voix, mais sur seulement 35% des ayants-droit au vote, cette victoire a été entérinée par la communauté internationale. Certains des opposants -une première en Afrique Centrale – se sont même inclinés devant le vainqueur.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (95 067)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 597)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 849)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 1 023
  • 1 690
  • 75 544
  • 22 janvier 2021
quis, felis neque. suscipit massa commodo Phasellus efficitur.