Sélectionner une page

INTERSYNDICALE DES ENSEIGNANTS DES UNIVERSITES NATIONALES DU BENIN : Lettre aux candidats à la 20e session du Concours d’Agrégation MPOVM 2020 du CAMES

Valeureux candidats des Universités Nationales du Bénin (UNB) à la 20e session du Concours d’Agrégation MPOVM 2020, l’Intersyndicale des enseignants des UNB vous apporte son soutien indéfectible pour les épreuves hautement sélectives que vous êtes appelés à passer du 02 au 11 novembre 2020 à Brazzaville, au Congo. Vous avez consenti beaucoup d’efforts, aussi bien intellectuels, matériels que financiers pour être à cette étape, et l’Intersyndicale formule les vœux de voir ces efforts couronnés de succès pour le bonheur de nos universités qui manquent si tant d’enseignants.
Mais alors que les candidats des autres pays de l’espace CAMES bénéficient d’un accompagnement sans commune mesure avec vos conditions de participation à ce grand rendez-vous pour la sélection des élites continentales dans les domaines de la médecine humaine, de l’odontostomatologie, de la pharmacie et de la médecine vétérinaire, notre pays, le Bénin, n’a trouvé rien d’autre à faire qu’à mettre un nouvel obstacle sur votre chemin.
Les recteurs des Universités d’Abomey-Calavi et de Parakou, en application des notes circulaires illégales et scélérates N°1541/MESRS/DC/SGM/DAF/SRHDS/DGCPER du 29 Avril 2019 et N°1408 du 10 juillet 2020, ont fui leur responsabilité. Ils n’ont donc pas voulu répondre à l’injonction du remboursement par leurs institutions, de la contribution financière à l’organisation de ladite session, comme exigé par le CAMES dans les courriers N°230.2020/CAMES/SG/DAAF/ob et N°230.2020/CAMES/SG/DAAF/ob assortis des factures N°18 -2020/AGR/CAMES/SG/DAAF/ob et N°0 -2020/AGR/CAMES/SG/DAAF/ob. En effet, ils n’ont rien trouvé d’autre que de mettre ces dettes à votre charge. Ainsi, ils laissent planer sur vos têtes le risque de ne pas accéder aux salles d’examens, tel que mentionné dans les courriers d’injonction du CAMES, au mépris des engagements régaliens de l’État béninois de s’acquitter de ses contributions d’État-membre.
L’intersyndicale des UNB réitère son opposition formelle à mettre à la charge des candidats la contribution de l’État béninois en tant qu’État-membre du CAMES et dénonce ce chantage organisé par les recteurs à moins de dix jours pour déstabiliser les candidats qui n’ont besoin de rien d’autre que de la quiétude pour affronter les épreuves pour lesquelles ils se préparent depuis des années.
L’intersyndicale des UNB vous demande de rester concentrés sur vos épreuves et surtout solidaires de sa position à ne point vous engager dans la voie de payement de dette qui ne vous revient pas.
N’oubliez point que ce n’est pas pour vous seuls que vous êtes candidats, mais pour le Bénin et pour les Universités d’Abomey-Calavi et de Parakou. Si le Bénin, qui est passé de pays pauvre à pays à économie intermédiaire est incapable de payer ses redevances vis-à-vis de l’organisation panafricaine qu’est le CAMES, il lui reste à sortir officiellement de cette organisation.
Vive les candidats à la 20e session du Concours d’Agrégation MPOVM 2020 du CAMES.
Vive la Science au service du développement.
Vive l’Intersyndicale des enseignants des UNB

Fait à Abomey-Calavi, le 27 octobre 2020.

Pour le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (SNES)

Chrysal A. KENOUKON

Pour le Syndicat Autonome de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (SYNARES)
Gabin TCHAOU

Pour le Syndicat des Enseignements et Chercheurs de l’Université
de Parakou (SECUP)

Omer ALAPINI

Pour le Syndicat National des Enseignants- Chercheurs et Chercheurs (SNECC-BENIN)

Arnaud F. HOUEDJISSIN

Pour le Syndicat National des Hospitalo-Universitaires du Bénin

Joseph AGOSSOU

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

2 août 2021 3 h 46 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 169
  • 2 207
  • 305 588
  • 1 août 2021