Réunion des aumôniers du Renouveau charismatique à Brazzaville : Mgr Louis Portella Mbuyu a insisté sur la formation

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Du vendredi 11 au dimanche 13 mars 2011, le C.i.o (Centre interdiocésain des œuvres) de Brazzaville, a abrité la réunion de l’aumônier national avec les aumôniers diocésains du renouveau charismatique catholique du Congo, sous la houlette de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, président de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo), délégué épiscopal près du renouveau charismatique catholique du Congo. Etaient également présents à cette rencontre, quelques membres du bureau de la coordination nationale, parmi lesquels Jacques Damba, Jean de Dieu Yendza et  Gabriel Kiabika, respectivement berger national et membres dudit bureau.

Tous les aumôniers diocésains du renouveau charismatique du Congo, à l’exception de ceux d’Owando et d’Impfondo, ont participé à cette rencontre nationale. C’est ainsi qu’on pouvait y noter la présence de l’abbé Hermann Patrick Etokabéka, aumônier national, des abbés Donatien Bizaboulou (Brazzaville), Franck Daniel Nzika (Ouesso), Jean de Dieu Kimbembé Bouékassa (Kinkala), Nestor Nsémi (Nkayi) et Christ Ngoma (Pointe-Noire).

Après la messe d’ouverture, la rencontre a été marquée par plusieurs exposés dont celui du Dr Benoît Ntari, sur «Les fondements du renouveau charismatique catholique»; et celui de l’abbé Hermann Patrick Etokabéka, sur «le rôle de l’aumônier». A la suite de ces exposés, les aumôniers diocésains ont présenté leurs rapports sur la pastorale au niveau de leurs diocèses respectifs.

Dans son intervention, Mgr Louis Portella Mbuyu a rappelé que l’Eglise existe pour évangéliser. C’est cela son identité et sa grâce propres. «Tous ceux qui sont animés par l’esprit de Dieu sont fils de Dieu. Quelqu’un qui reçoit l’effusion, c’est une nouvelle aventure qui s’ouvre à lui. C’est une nouvelle vie qui implique des crises, des purifications, des combats», a-t-il signalé.

Partant, le président de la C.e.c a invité l’auditoire à bien vouloir servir de modèles et de repères aux autres, afin de stimuler les chrétiens à refléter le bon exemple dans leurs milieux de vie respectif.

Mgr Portella a surtout insisté sur la formation. «Il faut que tout ce partage que nous avons eu, ici, nous aide à comprendre ce qu’est le renouveau et ses différents charismes (...). Aujourd’hui, il faut plus que jamais la formation. Les chrétiens doivent savoir ce qu’est l’Eglise, qui est mystère de communion et entité organique qui vit en harmonie. Les frères et sœurs du renouveau doivent avoir deux formations: une formation générale dont tout chrétien devrait être détenteur et une formation spécifique qui est une urgence», a-t-il déclaré.

Paraphrasant le Pape Jean Paul II, le délégué épiscopal près du Renouveau charismatique catholique a poursuivi: «Nous sommes des pécheurs. Mais, la grâce extraordinaire que nous avons, c’est que le Christ peut faire de nous, des Saints». Dans le même registre, Mgr Portella a épinglé le problème de l’accueil des malades, avec ses dérives qu’il faut réparer et corriger. A propos de la sorcellerie, l’évêque de Kinkala a affirmé que c’est une réalité à affronter. Quelle réponse faut-il y donner? Comment aider le chrétien à s’armer contre elle? Comment lutter avec assurance contre ce phénomène? Une formation y relative s’impose, a renchéri Mgr Louis Portella Mbuyu.

Le clou de cette rencontre a été constitué par la messe dominicale du 13 mars 2011, en la chapelle du C.i.o (Centre interdiocésain des œuvres). Elle était présidée par Mgr Louis  Portella Mbuyu et concélébrée par les abbés Hermann Patrick Etokabéka, Franck Daniel Nzika, Jean de Dieu Kimbembé Bouékassa et Nestor Nsémi. Dans son homélie, Mgr Portella a focalisé sa prédication sur la triple tentation de l’avoir, du valoir et du pouvoir. Prenant pour repère le Christ, il a invité le peuple de Dieu à demeurer accroché à la parole de Dieu, afin d’en sortir victorieux, comme l’a été le Seigneur Jésus.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Informations supplémentaires