Archidiocèse de Brazzaville : Mgr Michel Kouaya Kombo a célébré ses 50 ans de vie sacerdotale

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

8 juillet 1962-8 juillet 2012, il y a exactement cinquante ans que Mgr Michel Kouaya Kombo Kikoundiki, de son vrai nom, prélat de Sa Sainteté le Pape Jean Paul II, fut ordonné prêtre, en la basilique Sainte-Anne du Congo. Pour commémorer cet heureux événement, une messe d’action de grâces a eu lieu, dimanche 8 juillet 2012, en l’église Notre-Dame de l’Assomption à Brazzaville. Présidée par Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville, la messe était concélébrée par Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, président de la Conférence épiscopale du Congo, président en exercice de l’A.c.e.r.a.c (Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale).

 

Plusieurs prêtres de l’archidiocèse de Brazzaville, des diocèses de Kinkala et Owando sont venus communier à la joie de leur aîné dans le sacerdoce qui totalisait en cette heureuse circonstance, cinquante ans de fidélité, de fructueux services à la suite du Seigneur Jésus. Au nombre des concélébrants, estimés à un peu plus de vingt-cinq, les abbés Bienvenu Manamika Bafouakouahou et Régis Kibouka-Mahoukou, Antonio Mabiala, Brice Séverin Banzouzi, Dieudonné Nathanaël Samba, Anselme Badiabo, Joseph Ndinga, respectivement, vicaire général et secrétaire-chancelier de Kinkala, recteur du grand séminaire de philosophie Mgr Georges Firmin Singha, secrétaire-chancelier de l’archidiocèse de Brazzaville, curé de la paroisse Notre-Dame de l’Assomption, aumônier national catholique de la force publique, prêtre du diocèse d’Owando, et bien d’autres.
Parmi les personnalités civiles et militaires venues témoigner de leur sympathie au jubilaire et à ses parents, il y avait Jeanne-Françoise Leckomba Loumeto Pombo, le général Aaron Nkakou Bakebongo et son épouse, le colonel Jean Aive Allakoua, respectivement, responsable de la gestion financière du P.c.t (Parti congolais du travail), directeur général des affaires stratégiques et de la coopération militaire au sein des Forces armées congolaises, porte-parole de la police, Durand Abel Missontsa, médecin-colonel à la retraite et son épouse. De nombreux religieux, religieuses et fidèles laïcs faisaient aussi partie de cette foule participant à cette mémorable cérémonie.
Au début de la messe, l’abbé Dieudonné Nathanaël Samba, a prononcé le mot de bienvenue dans lequel il a rappelé qu’il était l’un des élèves de l’heureux jubilaire au petit séminaire Saint Paul de Mbamou et qu’il lui avait succédé en qualité de curé à la paroisse Saint Pie X de l’Oms et dans cette paroisse où il vient de célébrer, son jubilé d’or de vie sacerdotale. Dans cette perspective, Mgr Anatole Milandou dans son mot introductif, après avoir circonscrit la raison d’être de cette cérémonie, a rappelé les grands traits ainsi que les valeurs que son aîné dans le sacerdoce appelé affectueusement «Ya Michel», incarnait et qui fête cinq décennies de vie remplie de grâces et de présence salvifique du Seigneur.  
Dans l’homélie, l’abbé Sébastien Zoubakéla, directeur spirituel du moyen séminaire Saint Jean et ancien élève de l’heureux jubilaire au petit séminaire Saint Jean de Brazzaville, a fait savourer au peuple de Dieu la sève théologique et pastorale contenue dans les textes liturgiques du jour, et a passé en revue les grands moments du cursus biographique du jubilaire. Partant, il a dépeint la carrure de pédagogue, d’éducateur et de pasteur qu’incarne celui qui a rassemblé le peuple de Dieu, en cette église, pour ses noces d’or de vie sacerdotale. Au terme de son homélie, l’abbé Zoubakéla a fait remarquer l’absence de trois personnes à cette fête: Mgr Ernest Kombo, d’heureuse mémoire, petit-frère du jubilaire, l’abbé Dominique Kimbembo, ordonné la même année, qui a été rappelé à Dieu récemment et Mgr Jean Pierre Gallet qui fête ses 50 ans de prêtrise en France.
Vers la fin de la messe, Mgr Louis Portella Mbuyu a présenté les félicitations et encouragements de ses confrères dans l’épiscopat à Mgr Michel Kouaya, à qui les évêques du Congo ont renouvelé leurs vœux de longévité et de fidélité au service du Seigneur. Ensuite, le curé de Notre-Dame de l’Assomption a publié la lettre justifiant l’absence du nonce apostolique à cette cérémonie. Après quoi, l’heureux jubilaire a partagé sa riche expérience de pasteur, au service de Dieu, en signifiant: «Tous les jours de la vie sont une fête».
Puis, Mgr Anatole Milandou a rendu publique la bénédiction pontificale que le Pape Benoît XVI a bien voulu transmettre au jubilaire, avant de faire l’éloge de l’itinéraire de la vie de Mgr Michel Kouaya Kombo, un prêtre pétri d’humilité, d’obéissance et du goût du travail bien fait qu’on retrouve auprès de ceux qu’il a encadrés.
Fils d’Ernest Kombo et d’Antoinette Biyéla, Mgr Michel Kouaya Kombo Kikoundiki est né le 19 septembre 1929 à Mines (Mindouli). Après un cursus scolaire régulier, il décroche le brevet industriel en juin 1950 et le baccalauréat en 1954. A la suite d’un long séjour en France, notamment au monastère des Chartreux de Montrieux, près de Toulon, il est ordonné prêtre en la basilique Sainte-Anne du Congo par Mgr Michel Bernard, le 8 juillet 1962. Suivent après, une longue et fructueuse carrière de pasteur zélé et dévoué à la cause du bien commun des brebis que le Seigneur lui a confiées.
L’animation liturgique de cette cérémonie était assurée par la chorale paroissiale «Mgr Michel Thiriez».

Gislain Wilfrid BOUMBA