Foceb (Fondation Cardinal Emile Biayenda) : Vingt ans pour perpétuer la mémoire du cardinal Emile Biayenda

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

A l’occasion du 20ème anniversaire de la Foceb (Fondation Cardinal Emile Biayenda), une messe d’action de grâces a été célébrée, avec joie, le samedi 21 janvier 2012, en la chapelle des Saintes Plaies de Jésus, au siège de la fondation, sis au Centre de polios de Moungali, au quartier 10 maisons. Bien décorée et fleurie, la chapelle des Saintes Plaies de Jésus a accueilli plusieurs délégués, membres de la Foceb des différents diocèses du Congo et ceux de la République Démocratique du Congo (RDC). Parmi les membres de la RDC, il y avait, également, le maire de Ndjili, qui assure, depuis quatre ans, le secrétariat général de la Foceb-RDC. Outre les deux Congo, la Foceb est présente dans sept pays: le Sénégal, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Kenya, l’Ouganda, la France et les Etats-Unis

La célébration eucharistique était présidée par l’abbé Augustin Loutoumba, curé de la paroisse Saint Alphonse Marie de Liguori de Kibina, qui dans son homélie, a mis en exergue les charismes et les qualités du bon cardinal Emile Biayenda, qui aimait l’Eglise du Congo et tout le peuple de Dieu. Il a encouragé les chrétiens à travailler pour le bonheur de leurs frères comme le fait la Fondation Cardinal Emile Biayenda, présidée par Sr Brigitte Yengo: «Vivons avec la Foceb dans l’action de grâces, vingt ans est un très long voyage qui a connu des moments de joie et de peine. Nous savons tous que cette fondation travaille énormément avec beaucoup d’amour, d’abnégation et de don de soi. La Foceb a grandi en toute responsabilité à suivre la voie du partage et du témoignage vrai pour mieux suivre les enseignements du Christ, de sa parole et continuer ainsi, les idées d’amour, de charité et de paix, vécues par le cardinal Emile Biayenda lui-même», a souligné le célébrant. L’abbé Loutoumba a ensuite insisté sur la fidélité au Christ, à l’évangile et aux enseignements de l’Eglise. Il a encouragé les membres de la Foceb de continuer à bien suivre leurs objectifs, parmi lesquels: œuvrer toujours pour le bien-être des personnes vivant avec handicap et contribuer à leur insertion sociale; créer des structures de formation et d’animation des jeunes dans le domaine socio-culturel; réhabiliter le bénévolat dans la solidarité et le respect des valeurs humanitaires; puis, oeuvrer au bien-être des orphelins et des personnes vivant avec le Vih-sida.
La présidente internationale de la fondation, Sr Marie-Brigitte Yengo a, ensuite, décerné des diplômes de fidélité à certains membres pour leur dévouement. Parmi eux, le secrétaire général de la Foceb: Yves Célestin Biampandou, qui, depuis la création vingt ans durant, est resté fidèle à se donner totalement à cette œuvre de bienfaisance.
Prenant la parole à son tour, Sr Brigitte Yengo a remercié tous les chrétiens venus nombreux, prier avec la Foceb. Elle a invité d’autres à faire partie de cette œuvre humanitaire en insistant sur le don de soi et le bénévolat, et à aimer avec humilité, sans relâche et sans attendre d’être payé en retour. «Nous devons devenir le sel de la terre et la lumière du monde autour de nous. La sainteté, nous devons la mériter, en travaillant, en ne faisant de différence pour personne, à être attentif aux souffrances des autres, à faire grandir en nous des vertus de compassion, de charité, de tendresse, devenir des bons samaritains et des Simon de Cyrène. Celui qui demeure dans l’amour, demeure en Dieu et Dieu demeurant en lui, donnera la force de faire des merveilles dans sa vie, au point même de déplacer les montagnes», a signifié Sr Yengo.
A la fin de la messe, un apéritif offert par la Foceb a agrémenté le reste, sous l’animation de Sidney le pianiste (aveugle) et ya Vhos, secrétaire de la Foceb-Pointe-Noire, qui avec sa sanza, a fait danser plusieurs invités.
Le bon cardinal Emile Biayenda, premier cardinal du Congo, mort le 22 mars 1977, avait voué son action et son amour aux malades, aux personnes vivant avec handicap et du troisième âge, les jeunes désoeuvrés, ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une éducation, une famille, ou en sont devenus dépourvus. Sur le plan national et international, le cardinal Emile Biayenda témoignait d’une vie de charité au service de tous dans le respect de la vraie dignité de la personne humaine. C’est pour perpétuer son action et son amour pour le développement de l’homme et de tout l’homme à tous les niveaux, que Sr Marie-Brigitte Yengo avait créé le 5 janvier 1992, la Foceb (Fondation Cardinal Emile Biayenda), œuvre de bienfaisance pour le développement et le secours social, ayant pour devise: «Amour, dévouement, espérance».
Daniel LECLERC
Premier coopérant français à la Foceb