JOURNÉE DE L’ENFANT AFRICAIN : Accélérer la protection et l’égalité des chances

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le 16 juin, sera célébrée la Journée de l’enfant africain sous le thème: «Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée à tous les enfants de l’Afrique». Les coalitions africaines de l’Action mondiale contre la pauvreté organisent des actions simultanées de l’Afrique du Sud au continent africain, pour marquer le coup. 

 

En Afrique du Sud, des enfants et des adultes viendront à Soweto pour exiger des dirigeants africains qu’ils aident les orphelins et les enfants vulnérables. Loise Bwambale, membre du parlement panafricain, dirigera les opérations. Au Kenya, une mobilisation immense, avec près de 5000 enfants, se rassemblera à Thika. Le lancement aura lieu au Kiandutu Slum, dont le pourcentage des enfants orphelins est le plus élevé. Le vice-président sera présent, mais l’invité d’honneur sera un enfant.
Au Congo, à Brazzaville, le REIPER qui lutte pour que les enfants congolais, notamment ceux en situation de rue, voient leurs droits respectés, organise une opération de distribution des kits alimentaires et des masques de protection au profit des enfants en situation de rue pris en charge par les associations membres du Réseau. Cette occasion sera également un moyen d’attirer une fois de plus l’attention des dirigeants sur les différents problèmes dont souffrent les enfants en situation de rue afin de les amener à agir en faveur de l’éradication de l’extrême pauvreté et de la maltraitance dont ils sont victimes. En posant cet acte, le REIPER entend attirer l’attention sur la vie des jeunes africains d’aujourd’hui. A Pointe-Noire, Des femmes des expatriés ont fait réaliser un spot pédagogique très épuré destiné à sensibiliser les enfants de la capitale économique autour de cette Journée, en l’occurrence ceux des orphelinats, des centres d’accueil et école, en leur expliquant avec des ‘’mots d’enfants’’ les circonstances de la célébration du 16 juin.
Au Sénégal, une manifestation énorme impliquant 500 enfants est prévue. Une réunion géante de lobbying avec le président du Sénégal et des enfants est prévue pendant l’évènement. Des célébrités telles que Youssou NDour, Baaba Maal, Coumba Gawlo, Viviane Ndour, Mada Ba, Oumar Pene, Coumba Gawlo, Abdou Djite ont aussi été invitées. En Tanzanie, des mobilisations et une conférence de presse marqueront la Journée de l’enfant Africain.
Aujourd’hui, la situation des enfants en Afrique est toujours préoccupante et les dirigeants sont appelés à mettre en place des mesures fortes pour que tous les enfants africains puissent avoir accès à l’éducation, aux soins, à un niveau de vie décent, et soient pris en compte dans les décisions les concernant.
Les coalitions de l’Action mondiale contre la pauvreté ont choisi cette occasion pour en faire la Journée africaine du Bandeau Blanc et pour faire une demande régionale auprès des dirigeants des pays concernés, afin qu’ils agissent immédiatement pour éradiquer la pauvreté extrême qui cause la mort d’un enfant toutes les 3 secondes en moyenne.

Accorder une attention
particulière aux
droits de l’enfant
Le Programme 2030 des Nations Unies, l’Agenda 2063 de l’Union africaine et la Charte africaine accordent tous une attention particulière aux conditions qui permettent à l’enfant de s’épanouir aux plans économique et social. Parmi celle-là, il faut citer la réduction de la pauvreté, l’éradication de la faim, la promotion de la santé, une éducation de qualité garantie à tous, l’égalité des sexes, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, la paix, la justice et la participation. À ces droits fondamentaux urgents à satisfaire, s’ajoute le droit à la pleine jouissance des cultures et traditions des communautés de base dans lesquelles l’enfant nait et évolue. En effet, l’avenir de tous ne pourrait être perçu sous l’angle d’un bloc culturellement monolithique. Le Congo, tout comme l’Afrique, est nanti de savoirs endogènes locaux qu’il faut enseigner aux enfants pour asseoir et affermir leur identité et leur permettre, plus tard, une intégration plus responsable - épurée de tout miasme tribalique et xénophobe dans le pays et partant, dans le ‘’grand village’’ qu’est devenu le monde.
Pour rappel, la journée mondiale de l’enfant africain est célébrée depuis 1991, chaque année, en souvenir du 16 juin 1976 où des milliers d’étudiants sud-africains ont manifesté à Soweto pour exiger une éducation de qualité. Des centaines d’enfants ont été tués et blessés par le régime de l’apartheid en place à l’époque.

Viclaire MALONGA

Informations supplémentaires