Circonscription de Vindza (Département du Pool) : Jean-Paul Matsima réclame «le respect de la volonté des électeurs, telle qu’issue des urnes»

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Candidat indépendant aux élections législatives 2012, dans la circonscription unique de Vindza (département du Pool), et ancien député, Jean-Paul Matsima a organisé une conférence de presse, mardi 7 août 2012, à son domicile de Bacongo (Brazzaville). Selon les résultats publiés par le ministre de l’intérieur, il a obtenu 43,94% des voix, face au candidat du P.c.t, Aimé Emmanuel Yoka, élu à 56,05%. Dans sa communication, Jean-Paul Matsima a dénoncé «la rétention délibérée des formulaires de transcription et de proclamation des résultats». C’est pourquoi il demande que «la volonté des électeurs sortie des urnes soit respectée», tout en accusant la Conel locale de n’avoir pas «appliqué certaines exigences de la loi électorale».
D’entrée de jeu, Jean-Paul Matsima a indiqué que dans la circonscription de Vindza, les électeurs ont voté dans la paix et la tranquillité, le dimanche 5 août dernier. Chaque votant a, librement, fait le choix de son candidat. Seulement, il estime avoir remporté l’élection. «Cela ne peut être contesté par personne, sauf les ennemis de la paix. Chacun, là où il se trouve, sait et est conscient que les populations de Vindza ont confirmé leur choix du premier tour, en me donnant la majorité de leur choix. Les faits sont là et tous les témoins sont vivants et toutes les populations nous regardent», a-t-il déclaré.
Il a expliqué qu’avant la publication des résultats, il a été étonné, par un bruit qui donnait son adversaire vainqueur. Le candidat indépendant a estimé que ce bruit est loin d’être un hasard. «Il s’agit d’un acte bien préparé par la commission locale d’organisation des élections à Vindza. En effet, cette commission a fait la rétention délibérée des formulaires de transcription et de proclamation des résultats dont un exemplaire doit être remis a chaque délégué des candidats, après signature de tous les membres du bureau de vote et tous les délégués des candidats», a-t-il dit.
Jean-Paul Matsima a rappelé, par ailleurs, que cette exigence de la loi électorale a été respectée au premier tour. Il a brandi, comme preuve, tous les formulaires du premier tour qui se trouvaient sur son bureau. A la veille du deuxième tour, samedi 4 août 2012, entre 18h et 22h, il avait rencontré les responsables de la Conel locale, à Vindza, et le directeur départemental des élections au Pool qui était venu déposer le matériel électoral, pour s’assurer que le matériel électoral était prêt. Le directeur des élections au Pool lui avait affirmé qu’il avait remis tout le matériel électoral, en quantité suffisante, comme au premier tour. Mais, le président de la Conel locale, Evariste Miakakarila, lui a dit le contraire, a expliqué Jean-Paul Matsima.
Face à cette situation et pour prévenir d’éventuelles difficultés, le candidat indépendant a, alors, pris la décision d’appeler le président du comité de suivi de la Conel, à Brazzaville et son délégué au Pool, pour leur faire état de cette situation qui, selon lui, serait dommageable pour les candidats. Malheureusement, jusqu’au dimanche 5 août, la Conel n’a pas résolu cette situation. Donc, aucun délégué des candidats n’a eu son formulaire jaune de proclamation des résultats. «Cette situation m’a obligé, après m’être concerté avec les représentants locaux, de remettre, à chaque délégué, un cahier, pour noter les résultats provisoires obtenus par chaque candidat. La Conel de Vindza voudrait-elle changer les résultats connus heureusement de tout le monde, par l’absence de ce formulaire entre les mains des candidats; en falsifiant les signatures apposées sur l’unique formulaire jaune qu’on a trouvé dans chaque bureau de vote?», s’est-il interrogé.
Le candidat indépendant, Jean-Paul Matsima, ne demande pas autre chose que le respect de la volonté des électeurs. «Ce que nous demandons et ce que nous réclamons, c’est le respect de la volonté des électeurs, telle que sortie des urnes. S’il y a des problèmes, la Conel appréciera, certes. Mais, le peuple aussi appréciera», a-t-il dit.
Jean-Paul Matsima a, tout de même, demandé aux populations de Vindza de demeurer calmes et de se préparer à la fête du 15 août 2012, à Kinkala, «avec tous les fils et toutes les filles du Congo, comme l’a voulu le président de la République, Denis Sassou Nguesso».

Pascal-Azad DOKO