Coopération Congo-Angola : La société Chevron autorisée à développer le gisement pétrolier de Lianzi

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La société Chevron Overseas Congo Limited va procéder au développement du gisement de Lianzi, situé dans une zone d’unitization offshore entre la République du Congo et la République de l’Angola. Le Comité d’unitization de Lianzi s’est réuni, le 27 juillet 2012, à Brazzaville, pour la prise de décision finale d’investissement. C’était en présence des Ministres congolais et angolais en charge des hydrocarbures, MM. André Raphael Loemba et José Maria Botelho de Vasconcelos, et de M. Peter Hartshorn, Directeur général de Chevron Congo.

L’évènement a marqué la consécration de dix années d’étroite collaboration entre les gouvernements du Congo, de l’Angola et la société Chevron, l’opérateur de ce gisement, ainsi que ses partenaires: Total, ENI, SNPC, Sonangol et Galp.
Situé à 105 km au large des côtes, à une profondeur d’eau approximative de 900 mètres, le gisement de Lianzi sera développé au moyen d’un raccordement à la plate-forme existante Benguela Belize Lobito Tomboco (BBLT), située dans le Bloc 14 angolais. «Lianzi représente une approche unique de coopération entre le Congo et l’Angola pour l’exploitation d’un gisement transfrontalier. Il servira de modèle de développement dans l’avenir, ici au Congo et ailleurs…», a expliqué le Directeur général de Chevron Congo.
Les deux Ministres congolais et angolais ont, d’ailleurs, félicité la société Chevron, pour avoir mené, efficacement, les négociations -certes difficiles- entre toutes les parties, et qui ont abouti à la signature finale d’engagement de toutes les parties en présence.
En effet, Chevron vient là d’expérimenter, dans le golfe de Guinée, un modèle réussi d’exploitation commune d’un gisement transfrontalier entre deux pays. La production attendue est de 46.000 barils par jours, pour des réserves prouvées d’environ 70 millions de barils. L’ensemble aura nécessité un investissement de plus de 2 milliards de dollars américains. Les premiers barils sont attendus en 2015.

Paul TCHIOMVO


Informations supplémentaires