Ministère des affaires sociales de l’action humanitaire et de la solidarité : Renforcer la lutte contre la pauvreté et la prévention des risques en 2011

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 

«Notre action doit contribuer à la lutte contre la pauvreté et concourir à la prévention des risques, la protection, la prise en charge et la promotion à l’autonomisation des personnes et groupes vulnérables», c’est ce qu’a déclaré Emilienne Raoul, ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, lors de la cérémonie d’échange de vœux avec le personnel de son cabinet, vendredi 21 janvier 2011, dans la salle des banquets du palais des congrès, à Brazzaville.

 

Emilienne Raoul a placé l’année que nous avons commencée sous le signe du renforcement de la lutte contre la pauvreté et la prévention des risques. «Il nous faut élaborer la politique de développement social basée sur le principe de l’accès des pauvres aux services sociaux de base: la santé, l’éducation mais aussi l’emploi, l’alimentation et la sécurité nutritionnelle, l’eau et l’assainissement, le logement et le microcrédit. Notre département doit mener cette politique à caractère transversale avec les autres secteurs ministériels. Il s’agit là de l’engagement de notre Ministère à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (O.m.d). Lutter contre la pauvreté, c’est, d’abord, mesurer. C’est ainsi que nous mettrons un accent particulier sur le développement du service de la statistique afin de mettre en place le système national d’information de l’action sociale celui-ci nous permettra d’élaborer une carte de la pauvreté afin de mieux cibler nos actions», a-t-elle souligné avec détermination.

Parmi les cibles privilégiées de cette nouvelle politique sociale, a dit la ministre des affaires sociales, figure l’enfant. «Nous saluons la promulgation, par le président de la République, de la loi sur la protection de l’enfant au Congo en 2010. Aussi, avons-nous préparé un plan de vulgarisation de ladite loi auprès des structures publiques et privées concernées par la problématique de l’enfance et auprès des populations. Auprès des structures publiques, notre message sera de les inciter à ; prendre des textes d’application, chacun dans son domaine, afin de rendre effectif l’application de la loi. En ce qui nous concerne, nous avons déposé au secrétariat général du gouvernement un projet de décret fixant les conditions et les modalités de création et d’ouverture des structures privées d’accueil et d’hébergement des enfants. Pour les personnes handicapées, le dépistage précoce, la scolarisation des enfants handicapées, la formation et l’insertion professionnelle restent les axes principaux de notre action. La lutte contre la traite des enfants sera renforcée. (…) L’élaboration d’un cadre stratégique de protection des personnes âgées et la promotion des droits des populations autochtones constitueront une préoccupation que nous partagerons avec d’autres secteurs», a-t-elle fait savoir.

Parlant du Parsegd (Projet d’appui à la réinsertion socioéconomique des groupes défavorisés), la ministre Emilienne Raoul a révélé «qu’il est prévu, cette année, l’inauguration, par le Ministère des affaires sociales, de douze centres de santé et leur remise officielle au Ministère de la santé et de la population».

Quant à l’assainissement, le Parsegd entend poursuivre la construction des Atom (Aires de transit des ordures ménagères) et la création d’une décharge finale contrôlée, dont le site est en cours d’aménagement à Lifoula, au Nord de Brazzaville.

A propos du domaine de la création d’emplois, la ministre des affaires sociales, a annoncé qu’elle s’effectuera aussi dans le domaine du pavage des rues, en procédant au pavage de quelques rues de la capitale, selon l’approche Himo (Haute intensité de main d’œuvre). C’est pourquoi, le Ministère des affaires sociales inscrit le plaidoyer en faveur de la mise en œuvre de la stratégie nationale Himo élaborée avec l’appui du B.i.t (Bureau international du travail) parmi ses priorités. Aussi est-il prévu en 2011, toujours dans la cadre du Parsegd, la création de l’agence d’exécution des travaux d’intérêt public pour la réinsertion (Agetipre), a-t-elle fait remarquer.

Alain Patrick MASSAMBA