Assemblée nationale et sénat : Les parlementaires préoccupés par la crise sociopolitique dans le monde arabe

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les deux chambres du parlement congolais ont procédé, le 2 mars  2011, au palais des congrès, à Brazzaville, à l’ouverture de leurs 11ème et 26ème sessions ordinaires dites administratives, sous les auspices de Justin Koumba et André Obami Itou, respectivement, président de l’assemblée nationale et président du sénat. Ces sessions s’ouvrent dans un contexte marqué, au plan international, par les mouvements sociaux à forte motivations politiques qui se déroulent au Maghreb et dans le monde arabe. Les deux cérémonies se sont déroulées en présence de Pierre Mabiala, ministre de la réforme foncière et  du domaine public, représentant le gouvernement.

 

 

Les deux sessions parlementaires, qui s’achèvent le 30 avril prochain, vont permettre aux députés et aux sénateurs, d’examiner et adopter un certain nombre d’affaires inscrites à l’ordre du jour de leurs sessions respectives. Au total, 19 affaires seront examinées par les députés, dont 11 adoptées par la conférence des présidents qui a eu lieu, le 23 février dernier. Parmi ces affaires, il y a:

- la proposition de loi du sénateur Roger Ekoundzola, relative à la création des établissements socio-sanitaires;

- le projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi n°35-61 du 20 juin 1961 portant code de la nationalité;

- le projet de loi relatif aux sources radioactives;

- le projet de loi portant création du fonds national du cadastre;

- le projet de loi portant création de l’agence foncière pour l’aménagement des terrains;

- le projet de loi autorisant la ratification de l’accord entre la République du Congo et la République de Turquie relatif à la formation militaire;

- la séance de questions orales au gouvernement avec débats, etc.

Ouvrant les travaux de la 11ème session ordinaire de l’assemblée nationale, Justin Koumba a invité les députés à engager des réflexions constructives sur les conséquences des crises qui secouent le monde arabe sur l’économie congolaise. A cet effet, il a demandé que soient créées, au sein des commissions permanentes de l’assemblée nationale, des cellules d’analyse et d’échange sur l’évolution de l’actualité sociopolitique dans le monde. «L’actualité mondiale est dominée, depuis plusieurs semaines, par la crise en Côte-d’Ivoire et les crises sociopolitiques dans les pays de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Ces crises qui perdurent mettent en place le retour à l’activité parlementaire dans ces États. Nous partageons le souci des peuples de ces pays qui n’attendent que de vivre dans la paix, pour jouir, pleinement, de leurs droits et libertés», a-t-il déclaré.

En outre, le président de l’assemblée nationale a attiré l’attention des députés sur les conséquences malheureuses de ces crises sur les marchés internationaux des matières premières et des produits alimentaires. Les fluctuations actuelles des cours, a-t-il poursuivi, laissent craindre un nouveau choc pétrolier et une nouvelle crise mondiale.

Les sénateurs, quant à eux, auront à examiner 18 affaires. Parmi celles-ci, on peut, citer:

- le projet de loi portant lutte contre le V.i.h-sida et protection des droits des personnes vivant avec le V.i.h;

- le projet de loi portant création du bureau d’études et de contrôle des travaux topographiques et cadastraux;

- la proposition de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°23-96 du 6 juin 1996 fixant les conditions d’entrée, de séjour et de sortie des étrangers, etc,.

Dans son discours d’ouverture, le président du sénat, André Obami Itou, a fait savoir que les mouvements sociaux qui éclatent se succèdent et se propagent dans le Maghreb et dans le monde arabe, ne sont pas sans similitude avec la vague des conférences nationales souveraines en Afrique subsaharienne et les événements de l’Europe de l’Est symbolisés par la chute du mur de Berlin.

Dans la cadre du bon déroulement des travaux de cette session, il a invité les membres du gouvernement d’être prêts et disponibles, pour répondre à leur appel en commission et en plénières.

Cyr Armel YABBAT-NGO