Journée mondiale de la protection civile : Sous le signe du rôle de la femme au sein de la protection civile

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Placé sous le thème: «Le rôle de la femme au sein de la protection civile», la journée mondiale de la protection civile a été célébrée, mardi 1er mars 2011, à travers le monde. A Brazzaville, l’événement a donné lieu à une manœuvre des sapeurs-pompiers, organisée sur l’esplanade du stade Alphonse Massamba-Débat et caractérisée par un certain nombre d’exercices de sauvetage, sous le patronage du colonel Jean-Jacques Bonongo, directeur de la prévention et de la réglementation de la sécurité civile, du représentant du ministre de l’intérieur, de l’administrateur-maire de Makélékélé, Maurice Maurel Kiwounzou, et de nombreuses autorités civiles et policières.

Parlant du thème de cette année, le colonel Jean-Jasques Bonongo, a rappelé le fait que dans la société traditionnelle, le rôle de la femme était ignoré, l’homme dominant tout. «De nos jours, les femmes ne sont plus reléguées comme jadis mais, de plus en plus, considérées à leurs valeurs justes, en fonction de leurs compétences et de leur savoir-faire dans le concept de l’émancipation de la femme à tous les niveaux, caractérisée par une prise de conscience tous azimuts. Elles sont devenues égales à l’homme, tant elles sont nanties de facultés, de pensée créative que d’ardeur dans le travail productif sans exclusif».

La capitaine Georgine Boubanga a, quant à elle, rappelé que la femme a des aptitudes pour jouer le même rôle que l’homme et cela dans tous les domaines, avant d’évoquer les difficultés  que rencontrent les sapeurs-pompiers, dans leur combat contre le feu. Il y a des problèmes techniques comme le débit d’eau dans les poteaux d’incendie. «Le retard, en ce qui concerne les interventions, ne dépend pas de nous. Nous venons pour l’intervention et nous ne pouvons pas arriver avant. Nous allons en flagrant délit de dénonciation, pour démonstration, quand nous sommes informés sur la question. L’incendie peut se produire à Massengo et nous quittons Massengo pour venir prendre de l’eau au Ministère des finances, là où se trouvent nos poteaux d’incendies. Vous voyez un peu la distance, avec les embouteillages, les routes que nous avons. La faute ne nous revient pas», s’est-elle exclamée.

Signalons que cette cérémonie a été close par une parade policière, qui a réuni les différents éléments évoluant à la direction générale de la sécurité civile.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires