10ème anniversaire du Club 2002 P.u.r (Parti pour l’unité et la république) : Guy Wilfrid César Nguesso a exhorté la classe politique congolaise à toujours privilégier le dialogue

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le 10ème anniversaire du Club 2002 P.u.r (Parti pour l’unité et la république) a été célébré, avec faste, sous le patronage de Guy Wilfrid César Nguesso, président national dudit parti, le lundi 30 janvier 2012, au restaurant «Le chapit Ô de Ben’tsi», au quartier Mpila, à Brazzaville. C’était pour lui le moment de dresser le bilan et le parcours de ce parti porté sur les fonts baptismaux, le 30 janvier 2002, d’abord en tant qu’association politique, avant de devenir parti politique, en septembre 2007. A cette occasion,  Guy Wilfrid César Nguesso a invité les militants et sympathisants à se mobiliser pour les futures batailles électorales. Par ailleurs, il a exhorté la classe politique congolaise à toujours privilégier le dialogue, en créant «les parcelles d’échanges qui transcendent toutes nos divergences».

C’est dans une ambiance festive, de retrouvailles et de camaraderie, que les cadres et militants du Club 2002 P.u.r ont célébré le dixième anniversaire de leur parti. Le clou des festivités était le diner-buffet organisé à Mpila, en présence de Pierre Ngolo, le secrétaire général du P.c.t (Parti congolais du travail), Sylvestre Ossiala et bien d’autres invités.
Dans son toast, Guy Wilfrid César Nguesso a rendu un hommage vibrant au président de la République dont le Club 2002 P.u.r s’était engagé, dès sa création, à défendre les idéaux et les actions. Il a rappelé que les dix premières années d’existence du Club 2002 P.u.r furent franchies au travers d’embûches et de péripéties. «Nos erreurs, nos échecs, nos succès consolident, à jamais, notre parcours qui est plus qu’honorable, avec les présences dans les deux chambres parlementaires et dans tous les conseils locaux de notre pays», a-t-il dit.
Dressant le bilan des dix ans d’existence de son parti, Guy Wilfrid César Nguesso a indiqué que le Club 2002 P.u.r est, aujourd’hui, un parti bien structuré et bien organisé, dans tous les départements, avec une représentation internationale en Europe. «Le Club 2002 P.u.r a, depuis sa création, participé, aux côtés d’autres forces de la majorité présidentielle, particulièrement le P.c.t, à toutes les batailles électorales qui ont conduit à des grandes victoires», a-t-il poursuivi.
Pour lui, son parti a eu à faire des choix politiques, pendant ses dix ans d’existence: «Nous nous sommes positionnés en fonction des enjeux nationaux et internationaux et avoir affirmé notre identité patriotique, heurtant, parfois, certaines sensibilités idéologiques». A cet instant, le président du Club 2002 Pur a eu une pensée pieuse pour tous ceux de ses compagnons de lutte qui ont quitté cette terre. «Ceux-là, dont les actions et la fidélité sans faille ont permis à notre parti de devenir ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire une grande formation politique», a-t-il affirmé.
Par ailleurs, le président national du Club 2002 P.u.r a souhaité bon vent à tous ceux des compagnons qui, pour des raisons quelconques, ont quitté le parti: «A tous ces anciens compagnons, tous autant qu’ils sont, je les remercie d’avoir, à un moment de leur parcours politique, aidé à la réalisation de cette grande aventure».
A l’endroit de ceux qui ont fait le libre choix de demeurer au parti, il leur a, simplement, fait savoir que c’est grâce à leur fidélité et soutien que le parti a maintenu le cap. Ainsi, il les a invités, au moment opportun, à se mobiliser pour les futures batailles électorales, notamment les élections législatives, soutenant tous leurs candidats.
Par contre, Guy Wilfrid César Nguesso a exhorté la classe politique congolaise, à toujours privilégier le dialogue, en créant les parcelles d’échanges qui transcendent toutes nos divergences. «De toujours privilégier la paix des Congolais, car ce qui nous unit, est définitivement, plus important et plus fort que ce qui nous divise».
Conscient de ce fait, l’orateur a voulu anticiper sur les évolutions et les ajustements institutionnels qui permettraient de renforcer, selon lui, le potentiel démocratique du Congo, de façon à ne plus retomber dans les tragédies. «Il nous revient, donc, à nous tous, de léguer à nos enfants, un Congo uni et prospère dans la paix», a-t-il affirmé.

Cyr Armel YABBAT-NGO