Sécurité et sûreté aériennes : L’aéroport international Maya-Maya suscite des inquiétudes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les actes de vol perpétrés à l’aéroport international Maya-Maya, à Brazzaville, suscite des questions de sécurité. En effet, au cours de ce mois de février, certaines structures évoluant à l’aéroport, comme l’Asecna, se plaignent des vols de câbles et autres matériels, alors que les voleurs, pris parfois la main dans le sac, se retrouvent, souvent, en liberté, quelques jours après avoir été remis à la force publique.

Les cas de vol sont sou vent enregistrés la nuit sur certaines installations de l’aéroport international Maya-Maya. En effet, dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 février 2011, des plaques solaires alimentant le glide de la nouvelle piste, ont été volées. Le glide est l’appareil  de signalisation permettant de définir la pente de descente des avions.
Alors que ce vol était constaté, la nuit suivante, un autre était commis. Cette fois-ci, les voleurs avaient emporté près de cent mètres de câbles électrique du Vor, l’appareil qui définit les coordonnées géographiques d’un aéroport. Malgré la présence des agents de la force publique, notamment des policiers et des gendarmes, les cas de vol continuent d’être enregistrés. Ainsi, dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 février, cent mètres de câble électrique sont de nouveau volés. Cette fois-ci, il s’agit de la ligne qui alimente le localizer, le dispositif qui définit l’axe de l’aéroport, qui a été paralysée.
Et comme si l’on était dans une véritable cour du roi Pétaud, dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 février, cent mètres de câbles alimentant le papi, le dispositif d’aide visuel à l’atterrissage ont été volés.
Ces vols à répétition, rien que pour ce mois de février, traduisent le fait que l’aéroport international Maya-Maya a un système de sécurité qui accuse des failles. Autrement, on n’aurait pas enregistré autant de cas de vols à répétition, en un seul mois. Les responsables de l’Asecna ont attiré l’attention des pouvoirs publics, à travers les médias, sur ces cas de vol qui perturbent sérieusement leur travail. Ironie du sort, le dernier vol signalé s’est produit au lendemain du jour où un voleur avait été attrapé, et montré à la télévision, notamment sur D.r.t.v. Ce voleur avait expliqué que les câbles en cuivre volés sont vendus auprès d’un commerçant expatrié qui a pignon sur rue à Poto-Poto, tandis que les plaques solaires sont proposées chez un autre commerçant expatrié qui tient boutique au centre-ville de Brazzaville. Comble d’impunité, aucun de ces deux commerçants n’a été interpellé par les services de sécurité et le voleur attrapé a été remis en liberté.
Le transport aérien, moyen le plus rapide de voyager, est un domaine où il faut tout prévoir, en avance, au sol, pour que rien n’arrive en plein ciel. D’où l’importance de la sécurité et de la sûreté aériennes qui exigent que tous les instruments de navigation fonctionnement parfaitement, 24h sur 24 et toute intention malveillante soit écartées. Car, la sécurité à bord d’un avion, part du sol. Or, les actes de vol à l’aéroport Maya-Maya non seulement inquiètent en matière de sécurité, mais ils suscitent également des questions en matière de sûreté aérienne. A quoi aura servi de moderniser cet aéroport et d’étendre le nombre de ses pistes d’atterrissage, si sa sécurité et sa sûreté ne sont pas bien assurées? Voilà autant de questions qui devraient attirer l’attention des pouvoirs publics, pour que l’aéroport Maya-Maya ne perde pas sa réputation en matière de sécurité et de sûreté aérienne.
MM.

Informations supplémentaires