Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme (Eamau) : Rendre compte des résolutions de la session du conseil d’administration

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

En visite de travail à Brazzaville, au Congo, les experts de l’Eamau (Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme), conduits par El Hadj Amadou Bouraima-Diackaté, ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle du Togo et vice-président du conseil d’administration de l’Eamau, ont eu une séance de travail avec leurs homologues du Ministère de l’enseignement supérieur du Congo, sous la patronage d’Ange Antoine Abena, ministre de tutelle. C’était, samedi 19 février dernier, dans la salle de réunions dudit Ministère.

L’objectif visé par la rencontre de Brazzaville était, notamment, focalisé sur la réforme de l’Eamau, son plan stratégique de développement 2010-2020, le renforcement des capacités pédagogiques, d’infrastructures, la recommandation pour la visite des pays membres dont le Congo, pour rendre compte des résolutions de la dernière session du conseil d’administration tenue à Niamey (Niger), au niveau du gouvernement congolais.

En outre, les deux parties ont axé leurs entrevues sur les questions de coopération entre le Congo et l’Eamau et les perspectives d’avenir de cette coopération. A propos de cette coopération, les deux parties ont convenu d’améliorer la communication entre l’école et le Ministère et la gestion des étudiants en matière de scolarité, ainsi que la participation des enseignants congolais dans les activités pédagogiques de cette école.

En termes de perspectives et tenant compte de la vision du développement de l’enseignement supérieur au Congo, d’ici à 2025, les deux parties ont convenu de promouvoir des passerelles entre les établissements d’enseignement supérieur du Congo et l’Eamau, dans le cadre de la mobilité des étudiants dans le système L.m.d (Licence-master-doctorat). Il ressort, aussi, de cette rencontre que le Congo est à jour sur sa contribution au financement de l’Eamau.

S’exprimant à cette occasion, le ministre Ange Antoine Abena a réitéré l’engagement du Congo de contribuer à la bonne marche et à la vie de l’Eamau, qui a formé des architectes et urbanistes congolais. La présence des experts de l’Eamau donne un nouveau démarrage des relations entre le Congo et cette école, a-t-il dit, en substance.

El Hadj Amadou Bouraima-Diackaté a, quant à lui, déclaré que la présence de sa délégation au Congo a pour but d’expliquer le bien-fondé des résultats des conseils d’administration tenus à Dakar (Sénégal) et à Niamey. L’Eamau ne peut fonctionner sans moyens.

«C’est pour cela que je suis venu expliquer à mon collègue comment faire ensemble, pour que nous puissions soutenir cette structure. Il faudra que ce soient les pays qui expriment leurs besoins sur le nombre d’architectes et d’urbanistes qu’ils veulent voir être formés par l’école. J’ai souhaité qu’il y ait, aussi, beaucoup de femmes à l’Eamau», a-t-il soutenu.

Rappelons que l’Eamau, dont le siège se trouve à Lomé (Togo), compte quatorze pays membres, dont le Congo. C’est une école de renommée internationale et une institution d’intégration qui a pour directeur général M. Kouadio.

Alain P. MASSAMBA

Informations supplémentaires