Visite de travail du chef de l’Etat à Dolisie et à Pointe-Noire : Denis Sassou Nguesso a inauguré le premier module bitumé de la route nationale n°1

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, effectue une visite de travail, du 21 au 24 décembre 2011, à Dolisie (commune et chef-lieu du département du Niari) et à Pointe-Noire. Accompagné de son épouse, Mme Antoinette Sassou Nguesso, il a été accueilli mercredi 21 décembre, aux environs de 10h30, à l’aéroport Ngot Nzoungou de Dolisie, par le préfet Jean-Pierre Heyko Lekoba et le maire Paul Adam Dibouilou. Quelques membres du gouvernement, les corps constitués locaux, les autorités religieuses et traditionnelles étaient là, également, pour saluer le couple présidentiel. Avant de gagner le palais présidentiel, le chef de l’Etat et son épouse ont eu droit à un bain de foule, avec les militants mobilisés par les partis et associations de la majorité.

Durant son séjour dans la capitale de l’or vert,  Dolisie,  qui a retrouvé son éclat et qui s’est même développée grâce à la municipalisation accélérée de 2006, le président Denis Sassou Nguesso a procédé à l’inauguration officielle du premier tronçon bitumé, Pointe-Noire/Dolisie, de la route nationale n°1. Désormais, et ce n’est plus un rêve, les deux villes sont reliées par une impeccable route goudronnée qu’on parcourt en deux heures, et qui traverse l’imposant massif forestier du Mayombe.
Les travaux de cette route sont une véritable épopée réalisée par la société chinoise, la «China state construction engineering corporation», surtout pour traverser le Mayombe, une forêt primaire dense et montagneuse. On connaît la légende de la construction du chemin de fer Congo Océan, à partir de 1921. Mais, une légende tellement entachée du sang de milliers d’Africains qu’on parlerait de génocide, si l’on s’amuse à la regarder à travers les yeux des droits de l’homme, aujourd’hui. Cependant, en trois ans et demi, la société chinoise a fait passer la route à travers un milieu dont l’hostilité saute aux yeux, pour ce genre de projets. Il a fallu tailler des montagnes de calcaire, pour faire passer la route. Le président Denis Sassou Nguesso ne voulait pas de tunnel, mais d’une route à ciel ouvert sur tout son parcours.
Il est vrai que les technologies d’aujourd’hui mettent à portée de l’homme ce genre de réalisations. Mais celles-ci ne demeurent pas moins de véritables prouesses. Côté technique, la route est longue de 160 km (entre Pointe-Noire et Dolisie). Elle est dimensionnée pour une classe de trafic T3 (c’est-à-dire de mille à trois mille véhicules par jour), pour une vitesse moyenne de 80 km/h en rase campagne, 60 km/h en agglomération, et 40 km/h en zone ayant des pentes fortes. La chaussée comprend quatre voies de trois mètres chacune, soit deux sens de circulation séparées par une bande blanche en croûte de 0,30 m. La bande blanche fait vibrer le véhicule quand on la traverse. Il y a un accotement revêtu de 1,25m, de part et d’autre de la voie. Sur les 70 km à la sortie de Pointe-Noire, la chaussée est large de 17 m. Elle est réduite à 15 m, pour le reste de la route, et à 11 m, sur les 44 km qui traversent le Mayombe. D’où le ralentissement de la vitesse, à cause des pentes fortes (atteignant 8%), des virages et de la réduction de la largeur de la chaussée.
Cette route demeure une prouesse, avons-nous dit. Car, si le C.f.c.o a englouti des milliers de vies humaines, la route nationale n°1, dans son tronçon Pointe-Noire/Dolisie (160 km),  a  englouti  une importante somme d’argent: 307.237.877.758 F Cfa. Plus de 307 milliards de francs Cfa! A vos calculettes, pour savoir le coût d’un kilomètre de cette route! Y avait-il le choix? C’est là où l’on mesure la volonté politique de doter le Congo d’une infrastructure qui va, nécessairement, booster son économie et rétablir sa vocation de pays de transit.
Signalons que la cérémonie officielle d’inauguration de ce tronçon et de pose de première pierre, pour la construction du deuxième tronçon Dolisie/Brazzaville (415 km), a eu lieu au rond-point «Les quatre points cardinaux», après la gare routière de Dolisie. Cette route va rejoindre la route nationale n°2, à Yié, dans le district d’Igné (département du Pool). Après cette cérémonie, le président de la République a emprunté la route, jusqu’à Pointe-Noire.
Dans la ville océane, il procède, samedi 24 décembre, au lancement des  travaux du second module de l’aérogare de l’aéroport Agostinho Neto, qui seront exécutés par la société chinoise China Jamsu, pour un montant d’environ 35,152 milliards de francs Cfa, et, également, au lancement des travaux du nouveau siège administratif du P.a.p.n (Port autonome de Pointe-Noire), un immeuble de 16 niveaux dont le coût est de 17 milliards de francs Cfa, financé par le budget de l’Etat. L’immeuble a la particularité d’abriter, à son 13ème niveau, une suite et un bureau présidentiel.

Joachim MBANZA
(A Dolisie, avec le concours d’Eric MAHOUNGOU-NZINGOU, correspondant
à Dolisie)


Informations supplémentaires