Après les incidents au domicile du président du P.s.d.c : Clément Miérassa recourt au Conseil supérieur de la liberté de communication

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Le vendredi 7 novembre 2014, le ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Bienvenu Okiemy, a donné une conférence de presse, dans la salle de conférences de son cabinet, pour réagir aux incidents qui s’étaient produits, le 4 novembre dernier, au domicile de Clément Miérassa, président du P.d.s.c (Parti social-démocrate congolais) et du M.c.r.o.c (Mouvement citoyen pour le respect de l’ordre constitutionnel). Il avait accusé Clément Mierassa de velléité de prise de pouvoir.

«II est clair que la situation qui s’est produite, récemment, relève d’une tentative d’instrumentalisation de l’actualité internationale à des fins politiciennes, visant à semer le trouble à l’ordre public et à conduire à des voies de fait, en espérant au passage accéder au pouvoir», avait dit Bienvenu Okikemy.

Dans un communiqué de presse publié dans la capitale, le 17 novembre dernier, le M.c.r.o.c a qualifié les propos du porte-parole du gouvernement de «mensongers et honteux». A cet effet, il préconise d’organiser une conférence de presse, pour mieux informer, selon ses responsables, l’opinion nationale et internationale. Dans l’entre-temps, le mouvement citoyen a saisi le C.s.l.c (Conseil supérieur de la liberté de communication), en vue d’obtenir, «pour une simple raison d’équité», le même temps d’antenne que les médias d’Etat ont accordé au ministre de la communication.
«Le mouvement citoyen a sollicité, auprès du Conseil supérieur de la liberté de communication, le même temps d’antenne que les médias, en général, ont accordé à Monsieur le porte-parole du gouvernement, Bienvenu Okiemy», précise le communiqué de presse publié à Brazzaville, le 17 novembre 2014. Tout en informant cette instance de régulation des médias de l’organisation imminente de cette conférence de presse qui s’inscrit, selon les organisateurs, dans la simple raison d’équité. Comme on peut le constater, le feuilleton Miérassa est loin d’être terminé. La réaction du C.s.l.c est donc très attendue, dans les rangs de l’association de Clément Mierassa.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires